Depuis Cusco à Puno, le voyage en bus se passe bien même si j’utilise les toilettes du bus pour autre chose que juste “pipi” (car normalement on peut seulement uriner dans ces toilettes, cusco-puno mais faute d’arrêt et d’une envie plus que pressante, bah voila…). On arrive à Puno vers 6h30 le lendemain matin, petite ville qui borde le fameux lac Titicaca, plus haut lac du monde avec ces 3900m d’altitude. Il est coupé en deux par la frontière Pérou/Bolivie.
On opte pour un tour de 2 jours/1 nuit pour visiter les îles flottantes de Uros, l’île Amantani et l’île Taquile. C’est trèèèès touristique et notre guide ressemble plus à un GO du club med qu’à un guide ;) Mais ce tourisme permet sans aucun doute à cette population de faire perdurer son mode de vie et sa culture ancestrale, et c’est pas si mal :) Comme ces familles qui vivent sur des îles flottantes, faites de racines de roseaux arrimés les uns aux autres pour former une plateforme sur laquelle ils construisent leur maison. Impressionnant d’imaginer vivre ici. Une île à une espérance de vie de 20 ans. Passer ce temps, les familles déménage sur une nouvelle île.

DSC09949
DSC09948DSC09941DSC09953
Les îles d’Amanatani et de Taquile abritent respectivement 4000 et 2000 personnes vivant en communauté de l’agriculture et du tourisme (artisanat). Un système de rotation permet à chaque famille de toucher un revenu pour l’accueil des touristes. Martina nous accueille avec Pedro, son mari, et ses 6 enfants. On a l’occasion de se régaler d’une soupe de Quinoa, de très bonnes pommes de terre et de fromage poêlé. Pour digérer et mieux supporter l’altitude, une infusion de branche de mogna, sorte de menthe sauvage très bonne et aux nombreuses vertus. Le soir, la communauté organise une petite fête et tout le monde (le groupe de touristes dont on fait parti) se retrouve vêtue des costumes traditionnels tel que le poncho pour les hommes et les robes colorées pour les femmes. On danse et s’amusent tous ensemble, un bien sympathique moment. Le lendemain on visite une autre île où on peut admirer le travail de la terre et le lac qui se pare de ses plus belles couleurs avec le ciel bleu intense et le soleil qui brille. 4h de bateau pour revenir à Puno d’où je prendrai mon bus pour me diriger vers le désert d’Atacama au Chili que je devrai atteindre un jour plus tard si tout va bien :)

DSC00038DSC09996
DSC00066DSC00029DSC00027
Chez Martina, Amantani, lac TiticacaDSC09978
Je dis au revoir à Silvia et Victoria qui continuent leur chemin vers la Bolivie et passe la nuit dans le bus qui me mène à la frontière avec le Chili. Je prend un 1er taxi qui m’amène au terminal international d’où je pourrai prendre un taxi collectif pour me rendre à Arica, coté Chilien. La frontière ouvre à 6h du matin, on patiente donc et faisons les formalités d’usage. A Arica, je trouve un bus pour Calama, à 2h de San Pedro de Atacama, je ne perds pas de temps, embarque et espère arrivée à mon hostel avant minuit pour ne pas être trop fatigué pour la journée de demain et la visite des environs :) Le paysage qui défile sous mes yeux ressemble à celui de la côte péruvienne, le désert, à perte de vue, encore plus prononcé que jamais. Des cailloux, du sable, des vallées encaissées avec de la verdure au fond alimentée par les torrents qui y coulent, un ciel sans nuages et une chaleur intense. Le bus de la compagnie Tur Bus, neuf, très confortable me permet d’écrire ce récit, au dodo maintenant!

DSC09993DSC00073DSC00009
DSC00079DSC00080DSC00096