Népal

L’Annapurna Base Camp > 10 jours de trek au Népal

Salut à tous! Me revoilà! C’est avec un an de plus que j’écris ce billet après 10 jours de marche au milieu de la chaîne des Annapurna!

Tout d’abord pour ceux qui se demandent comment je vais, je vais bien! Pas de turista, pas de mal des montagnes, presque pas mal aux pieds et au dos, bref, je pète la forme, parfait pour affronter les températures caniculaires qui m’attendent en Inde (ou pas).

Voila donc le récit condensé (oui oui, il est condensé!) de ces 10 jours de Trek qui m’auront permis d’admirer les plus hauts sommets du monde!

Départ le 18 juin au petit matin de Katmandou, en bus, avec Prem, mon guide de circonstance, direction Pokhara, 6 heures de routes normalement, mais c’est sans compter les embouteillages monstres qu’on rencontre sur la highway qui relie les principales villes entre elle. Quand je dis highway, attention, ce n’est pas une 2*2 voies comme on les connait, prenez plutôt un petite départementale bien de chez nous et vous aurez une idée de ce qu’est la highway au Népal :)
Ces embouteillages sont souvent le résultat d’un poids lourd en panne dans une des nombreuses côtes qui jalonnent le parcours. Résultat, pour que la file qui descend puisse avancer, il faut que la file qui monte avance aussi, donc, on y va petit à petit et voila comment perdre 2h… Ajouter à cela les accidents plus spectaculaires les uns que les autres et vous comprendrez pourquoi les temps de parcours sont vraiment aléatoires ici (cela va du camion abandonné sur la chaussée dont la cabine conducteur a diminuée de moitié au local bus qui a fait un plongeon dans le ravin…)
Heureusement, on arrive à temps pour le rafting, oui oui, le rafting, avant 10 jours de marche, 3h de rame dans la rivière Trisuli ne me feront pas de mal! Bon on oublie tout de suite l’eau claire de montagne qu’on a l’habitude de voir chez nous, là c’est plutôt version eau chargée de limon (très marron) et objets flottant en tout genre. Cela vient du fait des fortes pluies qui se produisent en montagne et de la fonte des neiges et glaciers. Mais passer ce petit détail, la descente en raft fut vraiment ludique. D’une difficulté de 2/5 (heureusement que c’était pas plus parceque niveau sécurité, faut pas en demander trop…), la descente fut agrémentée des chants des jeunes népalais qui nous accompagnaient ainsi qu’un couple de jeune espagnol très cool :)

Rafting
Une fois arrivée à la fin du parcours, Prem m’attends avec mes sacs puis on prend un autre bus (on oublie le tourist bus qui s’arrêtent très peu pour prendre maintenant le local bus qui s’arrête tout le temps pour se remplir au maximum…) pour se rendre à Pokhara. Là, un taxi nous emmène au Green View Hotel prêt du lac de Pokhara (le coin à touriste de la ville), endroit très charmant et reposant.

Après la préparation de mon sac pour 10 jours de marche (environ 13kg que je maudirai quelques fois…) et une bonne nuit de sommeil, c’est le départ vers Nayapul, 2h de local bus pour 45km… bonne moyenne!
Passé les checkpoint qui vérifient mes permis pour le trek, les 3h de marche de cette première journée se résument à une montée progressive d’environ 1000m vers 1300m d’altitude. Facile me direz vous, c’est sans compter sur une température de 30°c et d’un soleil de plomb! Terrassant pour le physique! Je sue à grosse goute, heureusement, une petite rivière coule et me permet de me rafraîchir!

DSC02095GOPR0318GOPR0326

Première nuit à Tikhedhhunga, très reposante car très calme et dans un petit guest house en bois de toute beauté! Oubliez tout les bruit d’origine mécanique, ici, c’est le paradis des vaches, chevaux, chats, oiseaux et autres (j’oublie les coqs et les poules aussi!). Bon on entend aussi le fameux bruit caractéristique du mondial en Afrique du Sud, car oui, ils ont l’électricité et le satellite (quand ça marche…), et peuvent donc suivre avec assiduité la compétition ;) J’installe mon hamac et me voila parti pour une bonne sieste avant que l’orage n’éclate… c’est vraiment magique de se retrouver là!

DSC02117DSC02122DSC02111 DSC02158

Le 2ème jour, on attaque les choses sérieuse! 2800 marches à gravir pour atteindre Ulleri! Heureusement on part tôt, donc la chaleur se fait moins pressante, mais c’est quand même dur! En gros, on doit faire 600m de déniveler pour rejoindre le village suivant. Le nombre de marche avait été donné au guide par un précédent marcheur, en fait de 2800, il s’agit plutôt de 2900! Oui, je les ai comptées! ça aide à avancer! Et je vous rassure, une fois arrivée au village, les marches continuent, c’est aussi le paradis des marches ici (j’ai du en monter et descendre plusieurs dizaines de milliers!) Durant la montée, on aperçoit au fond de la vallée l’Annapurna South et ces 7219m! C’est beau!

DSC02179DSC02170
L’objectif de la journée est d’atteindre Ghorepani, un village perché à 2800m d’altitude. Etant donné qu’on arrivera tôt dans l’après midi, je regarde sur la carte ce qu’il serait possible de faire, et là, un petit clache avec mon guide qui ne comprend pas ce que je lui explique sur la carte. C’est plus l’expérience de ces 13 années de travail qui parle plutôt qu’une carte… Petite engueulade le 2ème jour pour mettre les choses au point et ce sera une affaire oubliée quelques heures plus tard. On traverse une forêt dense et humide avec de nombreux chants d’oiseaux pour nous accompagner. Et pas un autre marcheur! On est seul! C’est la basse saison, et ça, c’est vraiment appréciable! L’intérêt d’avoir pris un guide se manifeste à juste titre, si j’étais seul, en cas de pépin dans cette forêt inconnue, ça pourrait vite tourner à la grosse galère…

DSC02195-1
Arrivée à Ghorepani, le Sunny Hotel m’accueille, avec une vue fantastique sur les montagnes! On est 2 dans l’hôtel! Loin de la cohue de la pleine saison et ces centaines de marcheurs qui se bousculent dans les couloirs! En marchant dans le village, l’espagnol du raft me voit et m’appelle! Sympas de les retrouver ici. Les 1500m de dénivelé m’ont bien fatigué et demain matin, debout à 4h pour monter à Poon Hill pour voir le lever de soleil, alors un bon dodo en perspective! La nuit est Claire <3, la lune brille, les montagnes se détache du ciel étoilé, c’est magnifique!

DSC02198DSC02204-1

4h du mat, le réveil sonne, le temps s’est couvert dans la nuit, on part à la frontale pour un bon 400m de dénivelé pour rejoindre la tour d’observation au sommet de la montagne qui doit nous permettre d’admirer ce sunrise sur la chaîne des Annapurna… mais c’est sans grands espoirs que je me dirige vers cet objectif, tant les nuages ne sont pas les mêmes que d’habitude, il s’agit bien d’un mauvais temps et pas des simples nuages d’orage qui m’accompagnent depuis mon arrivée au Népal. Pas de lever de soleil, mais un bon thé chaud pour se réchauffer au sommet et une jolie vue sur les prairies verdoyantes qui recouvrent les montagnes!

DSC02216-1DSC02224DSC02219
Je me recouche pour 2h de sommeil qui me redonneront des forces pour affronter la journée qui se profile! Direction Tadapani à 2600m d’altitude. Au début de la marche, on rattrape le couple d’Espagnol sur le sentier, du coup, on fait la route ensemble, c’est cool :) On marche dans une forêt rendue fantomatique par le brouillard qui nous enveloppe.

DSC02242DSC02247DSC02240

Au bout d’un moment, je ressent une sensation étrange dans mes chaussette, je regarde, et…. ahhhhhhhhhhhhhhh!!!!!! des sangsues ou “leetchi” sont en train de m’attaquer! C’est impressionnant comment ces petites bêtes ont le don s’agripper à vos chaussure au vol pendant que vous marcher, puis elle se dirige vers vos chevilles et là, elles s’immiscent entre les mailles de vos chaussettes pour vous sucer le sang! Brrrrrrr…. On met une stratégie en place pour s’observer mutuellement les pieds afin de prévenir toute intrusion. Pendant 1h, on arrête pas de s’arrêter et d’enlever les leetchi qui nous attaquent! En tout, 3 d’entre elle auront réussit à me sucer le sang… voleuses!

DSC02364-2
Au bout de quelques heures de marche, nous sommes rejoins par une fille et un garçon (accompagné de leur guide) que j’avais rencontré le 1er jour, c’est cool de marcher en petite bande, ça change de la compagnie de mon guide. On passe par des paysages époustouflant, genre vallée profonde qu’on peut voir dans King Kong ou Jurasic Park :) J’ai la chance d’apercevoir de très beaux singes qui nous observent tout en maintenant une distance raisonnable avec nous.

DSC02270-1DSC02275DSC02267
A Tadapani, mon hamac fait un malheur! Tout la petite troupe l’essaye ainsi que les enfants du village qui vont vite le transformer en balançoire ;) Les enfants jouent au Rami, alors on les rejoins, très bonne ambiance à Tadapani ce soir là :)

DSC02287-2DSC02294DSC02303

La nuit est claire là aussi, on en profite pour faire des photos avec un long temps de pause et on admire encore une fois les sommets éclairés par la lune.

DSC02366-1DSC02355DSC02356

4ème jour, je quitte les autres qui commencent leur retour (5 jours de trek pour eux seulement) direction Sinuwa, 2340m d’altitude. Une longue descente dans la forêt pour atteindre 1500m afin de passer une rivière, puis on remonte vers 2000m d’altitude et rebelote, redescente pour passer une rivière et on remonte vers Chhomrong avant l’arrivée à Tadapani, 6h de marche éprouvante, au soleil, avec un nombre incalculable de marches gravie… Vraiment une journée difficile! Heureusement, l’arrivée au guest house est comme d’habitude agrémentée de ces “ouuahhhhh” “ohhhhh” “c’est beau!”. On est perché à flan de montagne, avec une vue panoramique sur les vallées qu’on laisse derrière nous et bien sûr, une vue de plus en plus rapprochée des sommets tant espérés! Je rencontre un couple de français (Québec et Strabourg) tout droit arrivé d’Australie, ils redescendent du Base Camp, on discute avec un groupe de jeunes Népalais qui en sont au même point que moi dans leur trek. Ambiance très sympas autour du diner aux chandelles avant un repos bien mérité!

DSC02371DSC02391DSC02395DSC02406

Le 5ème jour nous permettra d’atteindre Deurali à 3200m d’altitude. Une longue marche dans la vallée qui se termine sur le cirque entouré des plus hauts sommets où sont installés l’Annapurna Base Camp (A.B.C.) et le Machhapuchhre Base Camp (M.B.C.). On quitte les température tropicale pour des température tempérées voir qui commence à se rafraîchir en soirée, la marche est moins difficile, mais reste quand même éprouvante dans ces petits sentiers parsemé de marches, rochers, et racines glissantes! Là, je rencontre 3 asiatiques qui se dirigent eux aussi vers l’A.B.C. toujours très sympas d’échanger sur nos expériences et sur la journée qui vient de passer.

DSC02435DSC02436DSC02440DSC02428

Le 6ème jour couronne ce moment tant attendu! L’arrivée au Base Camp! 4130m d’altitude! Le temps n’est pas au beau fixe mais le soleil se montre juste le temps qu’il faut pour qu’on puisse admirer les prairies fleuries qui ont remplacées les forêts denses des jours précédents.

DSC02456DSC02453DSC02452

La marche est plus lente et plus éprouvante, le manque d’oxygène commence à se faire sentir gentiment, une course de quelques dizaines de mètres et vous êtes essouffler. On y va tranquillement, pas après pas, dépassant le M.B.C. puis petit à petit, dans les nuages, on arrive avant la pluie à l’AB.C.! On est les 1ers avec mon guide à arriver aujourd’hui, un seul guest house est ouvert à cette saison, un panneau nous accueille en signe de bienvenue. L’intérieur est chaleureux, les mûrs sont ornés des photos et messages des précédents trekkeurs qui sont parvenus jusqu’ici :)

DSC02628DSC02624-1DSC02472
Petit à petit le asiatiques arrivent suivi du petit groupe d’étudiant Népalais croisé il y a 2 jours. Le calme disparaît mais ça a le mérite de réchauffer l’atmosphère, il ne doit pas faire plus d’une dizaine de degrés. J’ai du mal à me réchauffer et le temps est pluvieux. Je fais une sieste en attendant l’éclaircie. Un hongrois voyageur (ils ne sont pas beaucoup dans leur pays) est là aussi. A un moment il sort de la pièce où tout le monde tue le temps et crie “the sky is going to be clear!!!” Tout le monde sort et là, on comment à voir où on est. Des montagnes d’un blanc immaculé nous entourent avec des glacier énormes. Quel spectacle! Dans la soirée, le coucher de soleil donne des couleurs magiques sur les sommets, les nuages sont là, mais ça n’enlève rien à la beauté du paysage! Puis la nuit arrivant, les nuages disparaissent, la lune éclaire l’Annapurna south (7219m), l’Annapurna I (8091m), le Singu Chuli (6501m), l’Annapurna III (7555m), le Machhapuchhre (6993m) surnommé Fish Tail et tant d’autres sommets!
Les 6 jours de marche sont récompensées! Certes il ne s’agit pas du temps d’hiver bien plus sec et moins nuageux, mais on a la chance, que certains n’auront pas eu, de pouvoir admirer ces sommets de légendes qui ont vu tant d’expéditions échouées et certaines, heureusement, réussirent à les vaincre!

DSC02508-1DSC02486DSC02496DSC02535DSC02518DSC02524
Le glacier principal des Annapurna a beaucoup diminué en volume mais reste toujours aussi impressionnant! La morène est gigantesque et offre un paysage lunaire avec tout ces rochers qu’elle charrie.
Après ce spectacle, la nuit ne sera que bonne! Espérons que le matin le sera autant!

DSC02563-1

7ème jour, réveil au milieu des nuages, un bon thé chaud, muesli et pain local frie dans l’huile accompagné de configure en guise de petit dej et voila qu’une éclaircie pointe le bout de son nez! Tout le monde dehors pour admirer une dernière fois ce paysage grandiose.

DSC02611-1DSC02570-1DSC02555
J’abandonne l’A.B.C. en ayant laissé moi aussi un petit mot et une photo pour que lorsque vous y arriverez vous puissiez voir que j’y étais :) !
La descente commence sur un très bon rythme, je suis en forme! On avale les km dans les nuages en repassant par le M.B.C, Deurali, Himalaya, Dobhan, Bamboo, Sinuwa pour enfin s’arrêter à Chhomrong. Plus de 20km de marche dans la journée en un peu moins de 5h de marche! Je suis cassé! Mes genoux et mes orteils n’en peuvent plus!

DSC02633DSC02637 DSC02639

Un seul des asiatiques a réussit à en faire autant (arrivé 2h après nous quand même). Toujours le même spectacle sous un autre angle. Après les pluies de fin d’après midi, le coucher de soleil et la lune révèle les détails des sommets qui m’auront accompagné durant ce trek :)

DSC02651DSC02680DSC02665DSC02671-1
Un bon “Dal Bat” en guise de repas (j’en aurai manger beaucoup cette semaine), plat typique Népalais, riz, légume, soupe de lentille, œufs pour agrémenter, en dose genre pour vous caler comme il faut et au dodo!

8ème jour, on continue la descente (avec des bonnes montées bien évidemment) en passant par les sources d’eau chaude désertes, ou tout du moins, sans trekkeurs, seulement quelques singes qui eux aussi profite de ce moment de relaxation dans une eau à 40°, un bonheur pour mon dos mis à rude épreuve et pour mes genoux!

DSC02700DSC02702-1DSC02698-1

Sur le chemin, on s’arrête à une très jolie cascade qui m’offrira un très bon massage et rafraîchissement avant de monter pour l’étape du jour à Landruk.

DSC02714DSC02715DSC02718DSC02726

Ce soir, le petit garçon du guest house où on séjourne découvre l’Iphone et les jeux vidéos. Très beau moment d’échange :)

9ème jour, je me lève avec un an de plus, un bon ptit dej après le bon dal bat du soir et direction Pothana à 2000m d’altitude en passant par Bhickok Deurali (2100m), un bon 600m de dénivelé, pour me rappeler qu’on reste dans la montagne et que la “descente” ne fait pas que descendre… Finalement, le préfère de loin gravir les marches en rythme et en transpirant à grosse goûte plutôt que descendre ces marches qui me font si mal aux jambes et aux pieds… Cette année de plus me donne des ailes et on bat des records pour rejoindre Pothana en un peu plus de 2h!

DSC02730

Du coup, je décide de ne pas rester là pour la dernière nuit (le temps n’est pas vraiment beau en plus… impossible de laisser mon hamac entre les arbres avec les averses qui se succèdent…) alors on descend pour rejoindre la route et Pokhara en milieu fin d’après midi. Cette descente m’aura achevée! Des marches et encore des marches, vraiment, si vous n’aimez pas gravir et descendre des marches, n’imaginer pas un instant faire ce trek! ;) mais je vous rassure, ça en valait le coup!
Petit à petit on retrouve la civilisation et la 1ère chose qui saute aux yeux, ou plutôt, aux oreilles, c’est le bruit des moteurs. On s’habitue vite au silence et à la tranquillité des montagnes.

DSC02764
On arrive à la route qui nous ramène à Pokhara. Encore une fois, le timing est idéal, juste avant la pluie. En 9 jours de marches, on aura jamais pris une grosse averse sur la tête. J’ai vraiment eu de la chance! En fait, le mois de juin, avec un peu de chance, est un mois idéal pour treker au Népal car vous êtes seul! Loin des queues de trekkeurs qu’on doit rencontrer en février/mars et septembre/octobre, la haute saison. Il faut savoir que ce sont plus d’une centaine de milliers de touristes qui effectuent ces trek chaque année! Ca doit pas être du tout la même ambiance dans la haute saison, et après Milan, Rome, Malte, Athènes, la Mer Rouge et Dubaï, c’est exactement ce qu’il me fallait pour faire un bon break avant de me replonger dans la cohue de l’inde et des centaines de millions d’habitant!

Ces 10 jours m’auront fait découvrir quelques uns des plus hauts sommets de notre planète mais aussi une vie totalement différente de celle à laquelle nous sommes habitué. Une vie simple, loin de la modernité et de ces tracas, faite d’activités qui ont disparue chez nous (quoique, j’en connait certains qui commencent à y revenir…) comme faire sécher des graines et des légumes en prévision de l’hiver, tresser des tapis en bambous, s’occuper des vaches et de poules, aller chercher l’eau à la source, vivre sans électricité, vivre isolé lorsque les ponts qui enjambent les torrents sont emportés par les fortes pluies, rejoindre son école en marchant dans la montagne pendant 2h, vivre au rythme de la nature, tout simplement.

DSC02756DSC02769

Un jour à Katmandou et un trek au Népal!!!

Départ de Dubai, après un surclassement en business class car mon écran tv ne marchait pas (mon gentils voisin Népalais fut de la partie aussi, il n’en revient toujours pas… pour lui la business class c’est un peu comme aller sur la lune… merci GulfAir), j’ai pu admirer du désert du moyen orient aux sommets de plus de 8000m de la chaine de l’Himalaya!!! Ca change des Alpes qu’on peut voir lors d’un Paris Marseille ;)

DSC01914-1 DSC01916-1

L’aéroport international de Katmandou semble ne pas avoir évoluer depuis les 50 dernières années! Fini les aérogares gigantesques de Dubaï ou Bahrain, ici, c’est beaucoup plus old school, a tel point que, n’ayant pas d’argent pour acheter le visa, j’ai du sortir de l’aéroport retirer de l’argent, puis revenir dans la zone de douane comme si de rien n’était, remonter les escalators à l’envers etc… bref, free style!

J’avais lu Lonely Planet dans l’avion pour repérer quelques hôtels, mais en cherchant un taxi à la sortie, je suis tombé sur un employé de Blue Horizon, un hôtel à 10$ la nuit, de très bonne facture, très calme (dans le quartier de Thamel, la zone touristique de Katmandou, pas du tout calme pour le coup), avec wifi inclut, salle de bain, jardin sur le toit, la classe en somme :)

DSC02030

Première impression : ça me fait penser à l’Indonésie :) en plus bordellique c’est vous dire! La circulation est vraiment anarchique, entre les vaches au milieu de la route, les chèvres, les vélos, les carrioles, les motos, les voitures, les pousse pousse, les taxi, les piétons, les singes… bref, le bordel :)

DSC02046DSC01991DSC02007

J’ai l’impression que le temps n’est pas passé aussi vite que chez nous ici. On croise des hommes qui réparent les chaussures à même le sol, des femmes qui porte des dizaines de kilo de brique sur le dos, d’autres des charges plus grosse qu’une grosse armoire IKEA… Beaucoup de petits snacks ambulants, des  petits métiers qui ont disparu chez nous, celui qui plie les bars de fer, celle qui va chercher l’eau pour laver son linge… un autre temps! Par contre, ils ont le téléphone portable, c’est vraiment dingue ce contraste entre technologie et ancien temps…

DSC01988DSC01994-1DSC02015

Un des mauvais coté de ça, c’est la pollution, un peu comme en Egypte, ils ne sont pas du tout éduqué et sensibiliser à la préservation de l’environnement, même si des panneaux leur demande gentiment de prendre soin de leur lieu de vie, on est encore à des années lumière de la tendance écolo/green de chez nous!
Les ordures s’amoncèlent pendant la semaine, en attendant que le ménage soit fait (une fois par semaine à priori). La “rivière” qui traverse Katmandou est plutôt un égout à ciel ouvert qu’une rivière, avec des décharges à ciel ouvert qui montre des décennies d’accumulation de déchets….

DSC01936 DSC01937

Heureusement, on oublie vite ces mauvais coté quand on monte vers le temple Swayambhunath d’où on a une vue à 360° de Katmandou! Vraiment très bien pour se faire une idée de la ville et pour admirer ce lieu vieux de 2500 ans!

DSC01948DSC01963-1DSC01953-1

On se sent en sécurité à Katmandou, hier soir, je me suis baladé dans les rues mal éclairée (car peu ou pas d’éclairage public, et peu d’électricité aussi…), et j’étais très à l’aise, comme aujourd’hui, dans les petites rues surpeuplées du centre ville, aucun souci! J’ai beaucoup plus peur des chiens qui ont l’air dressé pour aboyer contre les touristes que par d’éventuels mauvaises personnes… La police est assez présente dans le centre, ça doit y participer bien sûr, mais les Népalais sont très gentils, pour peu qu’on leur dise bonjour et qu’on soit pas un gros américain en short. Namaste, le bonjour/bonsoir/au revoir est le mot que je dis tout le temps, soit par politesse quand je croise quelqu’un, soit pour demander si je peu prendre une photo/vidéo, soit pour me débarrasser des chauffeurs de taxi désœuvré qui vous harcèle. Car c’est la basse saison, début de saison des pluies, donc, pas un touriste!!! Ca fait du bien! Bien sûr j’en croise quelques uns, mais on a vraiment le sentiment d’être le seul européen du coin quand on se ballade, même dans le quartier à touriste! :) c’est l’avantage de la basse saison :) en plus les prix sont plus bas. Bon, cette nuit il pleut, mais j’ai eu du soleil cet après midi, et j’espère bien en avoir les 10 prochains jours!

DSC02023-1DSC02017

En effet, il serait de bon augure que le temps ne soit pas trop mauvais car je pars faire un trek de 10 jours pour rejoindre le camp de base de l’Annapurna! Plus de 4100m d’altitude et avec un peu de chance, une ascension à 5000m :)
Demain matin, départ 6h45 pour Pokhara, avec un ptit stop de 3h pour faire du rafting, puis samedi, trek-mapdébut de l’ascension. 4 à 6h de marche par jour, pendant 10 jours, pour faire l’un des plus beau trek du Népal !!!
J’ai choisi de faire ce trek avec un guide, en effet, à cette saison, les trekkeurs n’étant pas nombreux, il n’est pas si facile de trouver des endroits où loger sur le sentier, et les groupes de marcheurs n’étant pas légion, partir seul n’est pas la meilleur idée. En plus, si je devais organiser ça tout seul, ça m’aurait pris beaucoup de temps… (permis à acquérir, renseignements etc…) or je n’en ai pas tant que ça pour rejoindre Bali fin juillet, donc, le guide, c’est parfait ! :) Et je compte bien noter tout en détail pour revenir un jour et le faire tout seul cette fois ci ;)
Je ne sais pas comment mon physique tiendra le coup, mais j’ai la niak, et j’y arriverai!!!

 

Voila, tant de choses à raconter ,mais il est déjà minuit passé, la France perd 1-0 (ah bah non, 2-0 maintenant… les sacoches…) contre le Mexique et je me lève dans 6h pour le début de la nouvelle aventure (car c’est un peu tous les jours l’aventure depuis que je suis parti ;) ), alors je vous souhaite à tous un bon week end, merci à tous de votre assiduité, et concernant les vidéos d’Athènes, du Caire et de Safaga et de Dubaï, il faudra patienter quelques temps, mais je dois vous dire que j’ai des images formidables!!!

DSC02039_40_41_tonemapped DSC02047_8_9_tonemapped

PS: Je ne sais pas si j’aurai Internet ou du réseau pour le portable, donc pas d’inquiétude si vous n’avez pas de nouvelles pendant les 10 jours à venir. J’enverrai ma position tous les jours mais pas sûr que ça passe non plus (ça marche à Katmandou, ya pas de raison, mais avec toutes ces montagnes, pas sûr que le signal radio parvienne aux satellites qui ne sont pas nombreux dans les cieux Népalais…). Ceux qui veulent recevoir le petit sms et le mail avec le lien google map pour voir en live où je suis, dites le dans les commentaires ;) )