Inde

Le départ d’Inde…

…ne fut pas à l’image de l’arrivée :)

Tout d’abord au niveau du temps, à la frontière népalo-indienne, le temps était pluvieux et gris, aujourd’hui, le soleil des tropiques brille, du coup, le moral est au beau fixe lui aussi. 
DSC02774Ensuite, au niveau de l’accueil, à la frontière terrestre, si vous ne chercher pas et ne forcez pas les “agents” ou plutôt “l’agent” en charge de l’immigration et de vous tamponner votre passeport, vous n’aurez pas de tampon et vous entrerez en Inde “illégalement”, même si vous avez votre visa… c’est bien 1h que j’ai attendu pour réussir à avoir ce sésame au poste frontière, non pas parcequ’il était surchargé, mais bien parcequ’il n’y avait personne… Bon du coup, l’accueil pour entrer en Inde fut correct, j’ai pu me laver les mains derrière le bureau et la personne que j’ai vu était “sympathique”.
La sortie est un autre registre, on oublie le poste frontière et on le remplace par l’aéroport international de Kochi (Cochin). Bon, autant le dire d’embler, ils ont vu les choses en grand, voir un peu trop. Il est très grand et vide (peut être la basse saison y est pour quelquechose aussi…). C’est le 1er aéroport que je vois où vous devez présentez votre billet et votre passeport pour entrer à l’intérieur, sinon, il faut payer (la pauvre mémé qui doit payer pour dire au revoir à ces petits enfants…)… Bon y sont peut être en plan vigipirate rouge permanent comme chez nous, qui sait… Par contre, là où ça coince, c’est les agents en uniforme qui vérifient ça. Pas poli pour un sous, ils ne comprennent pas que l’intérêt d’un billet électronique est justement le fait qu’il soit électronique et que de ce fait, vous n’avez pas besoin de l’imprimer…. mais non, pour eux, pour entrer, vous devez présenter un morceau de papier, l’écran d’un Iphone ne leur parle pas assez… Du coup j’arrive à voir le manager du terminal international après une discussion inutile et infertile qui va demander à Air Asia, d’amener la liste des passagers du jour pour vérifier que j’ai bien un billet… tout ça pour rentrer dans l’aéroport… n’importe quoi…
Concernant le tampon sur le passeport, allez expliquer au douanier que vous êtes arrivé autre part que par un aéroport en Inde… apparemment c’est pas monnaie courante dans le coin, surtout pour un “blanc” et ça me rend plutôt “fiers” de mon parcours. Du coup, je n’apparait pas dans leur système informatique et ça ne passe pas… ils cherchent en vain des tampons familiers sur mon passeport et mon visa Indien, mais le seul qu’il y a et celui de poste frontière complètement illisible… alors ils me demandent si c’est la 1ère fois que je viens en Inde, quand je suis arrivée, où je suis aller etc… je répond avec entrain à toutes leur questions et petit à petit ils comprennent que je suis bien arrivé depuis le Népal et que j’ai traversé ‘l’Inde en train… du coup, ils sont un peu ébahie :)
Autres différence, les bagages :) à la frontière terrestre vous pouvez rentrer avec une vache de 500kg si ça vous chante, ici, (bon d’accord, c’est pas à cause de l’Inde), j’ai acheté le droit d’avoir 20kg en soute. Problème, mon sac en pèse 22Kg, j’avais un peu prévu le coup, alors j’enlève 1,8kg que j’arrive à placer dans mon sac à dos “cabine”. Nouveau problème, le sac cabine est strictement limité à 7kg… rrrrh…. le mien en 9,5kg…. ok, heureusement j’ai mon short fétiche avec toutes ces grosses poches et j’arrive y placer un peu plus d’1kg, ça fera l’affaire…. ouf! :)
Enfin, l’analyse des bagages, encore une fois à la frontière, un petit cageot avec des bâtons de dynamites n’effrayera personne, ici, entre le scan de votre bagage en soute après quoi on vous selle votre cadenas avec un autocollant que je sens que je vais mettre 1h à enlever,  et le scan de votre sac à dos puis sa fouille de fond en comble car ils ne comprennent pas ce que c’est tout ces files, chargeurs et gadget électronique que j’emmène avec moi, ah oui, et une fouille au corps bien poussée, enfin, vous voila prêt à embarquer dans l’avion (qui n’est pas encore arrivé, on dirait bien qu’Air Asia c’est le Ryannair de l’Asie, pas cher certe, mais aussi, enchainement des rotations à un rythme très poussé…).
J’ai “commandé” un sandwich à bord histoire de manger un bout. J’espère qu’il sera bon qu’il me permettra de me caler un peu pour ne pas avoir à dépenser trop dans mon “hôtel” de ce soir, à savoir, l’aéroport de Kuala Lumpur ;) . Dernier point étrange, pour embarquer, alors que vous êtes déjà en salle d’embarquement, on vous appelle pour vous parquez dans un “espace d’embarquement”, étrange, d’autant plus que l’avion a du retard… moi j’attendrai qu’il arrive! non mais ;) (et puis je dois toujours aller aux toilettes régulièrement, alors hors de question d’être enfermer dans leur enclos!

Cochin ou l’autre face de l’Inde…

Comme je l’avais pressenti depuis mon arrivée en train, le sud de l’Inde et plus particulièrement la région de Kerala est beaucoup plus “privilégiée” que le nord de l’Inde. Ici, la pauvreté est beaucoup moins visible, la population habite dans des maisons en dur, avec un toit, et point important, ces maisons sont finies. Les enfants vont à l’école en uniforme, pas beaucoup de déchets dans la nature, beaucoup de véhicule personnel, de motos et scooter, des magasins qui ressemble à de petites superettes, avec beaucoup de produits et de nourritures variée. On peut même parler de bonnes conditions sociales ici, pour la santé, l’éducation… Bref, rien à voir avec les conditions de vie rencontrées les jours précédents.

DSC03001DSC02999DSC03002 

J’ai résidé 2 jours à Fort Cochin, au bout de cette île là où le trafic s’estompe pour laisser place au calme et aux chants des oiseaux :) Très reposant. Etant en basse saison, les taxi driver vous harcèle pour faire 200m… j’ai “aidé” l’un d’entre eux en acceptant de me faire accompagné dans 2 magasins à touristes (produits artisanaux locaux) afin qu’il puisse avoir un nouvel uniforme de la part des autorités (il a un reçu comme quoi il a amené un touriste dans ces magasins et gagne des points de cette manière…), pour me remercier, il m’a offert un thé et une samossa. Oui, je commence à remanger avec enthousiasme, mon petit épisode turista disparaît petit à petit :)

DSC03000

Pas mal de touristes font le déplacement dans le Kerala pour suivre une cure “d’ayurvedic” très bénéfique pour la santé apparemment (élimination des toxines par un régime “stricte” et l’absorption d’un beurre spécial puis d’une huile pour déclencher une diarrhée… moi j’ai fait ça dans le train, en plus c’était gratuit!). Du coup j’ai pu me joindre à eux pour discuter et partager le repas le 1er soir.
Le lendemain, j’embarque sur un bateau sans moteur, poussé à bras d’homme avec de grands bambous, accompagné d’un suisse et de 2 londoniens. Bonne ambiance et moment de grande relaxation au milieu de ces canaux qui quadrillent les cultures de cocotiers. La pluie tombe doucement après les gros orages du matin, et on entend les goutes d’eau…

DSC03018

Le déjeuné est un régal, du riz et des légumes avec un grand nombre de saveurs différentes. On s’arrête voir ces hommes qui extrait le calcium des coquilles de coquillages. Un travail qui leur rapporte 50 roupies par kg, il en faut des tonnes de coquillages pour gagner sa vie avec, mais ils y arrivent :) puis il y a ces femmes qui font des cordes à partir de fibre de  noix de coco qui ont préalablement trempées 6 mois dans l’eau. Elles utilisent une machines très ingénieuse pour réalisé ça. Maintenant, je sais que si je suis perdu sur une île déserte, je peu faire des cordes très solide avec des noix de coco! Bon, le seul problème est qu’il faut attendre 6 mois avant de les faire… Une journée sans conteste très reposante et bénéfique pour le moral :)

DSC03062DSC03017DSC03068

Un bon repas avec les autres touristes rencontrés le soir d’avant, une bonne bière pour voir à quoi ressemble le bar du village et me revoilà dans mon petit hôtel calme pour une bonne nuit de sommeil avant le départ de demain pour l’aéroport pour rejoindre Kuala Lumpur où je passerai la nuit sur mon matelas gonflable puis j’arriverai à Krabi en Thaïlande, dimanche en fin de matinée. Je l’annonce direct, dimanche, je me baigne sur une plage de sable blanc! :p

DSC03025DSC03039

L’Inde du nord au sud en train…

Le referai-je? non! je l’ai fait une fois ça me suffit ;) Je m’étais donné cet objectif, le voila atteint :)
Qu’il fut long ce voyage depuis Darjeeling à Kochi… 24h pour rejoindre Siliguri à Delhi, puis 48h pour de Delhi à Kochi… Le Radjani Express, de Siliguri à Delhi, est l’un des trains les plus réputé d’Inde pour son confort et son service, ça m’aura permis une entrée en matière en douceur, car le Kerala Express, lui, était un peu plus rustique…

DSC02978 
6 juillet, gare de Delhi, plateforme n°3, mon train, le Kerala Express est annoncé à l’heure. Pour “m’assurer” de ne pas être malade dans le train, depuis mon arrivée à Delhi, je n’ai pas mangé dans les boui boui que j’affectionne tant. Je me suis donc contenté d’un MacDo et son hygiène, à priori contrôlée, bon, il n’y a pas de steak ici, que du poulet, et de salades de mangues/bananes, home made, lavés avec de l’eau minéral…
Avant de monter dans le train, à la gare, je mange une espèce de soupe avec des sortes de boulettes de pain… De nombreuses personnes y mangent, alors je me dis qu’il y a du volume, ça doit être ok. Une fois dans le train, je me rend vite compte que le “standing” est différent du Radjani… les fenêtres sont propres à l’extérieur mais la condensation dans le double vitrage empêche d’y voir au travers… adieu les paysages qui défilent sous mes yeux… La propreté est elle aussi différente, pas de nettoyages régulier, alors c’est crasseux… ne parlons pas des toilettes… qui ont tout de même le méritent de ne pas sentir trop mauvais…
Les employés du train distribuent une couverture, un oreiller et deux draps, puis, ils prennent commande de ce qu’on veut manger (si on le souhaite). Je choisi cette option, plus pratique que de descendre aux différents arrêts pour trouver de quoi manger. Du coup, j’ai le choix entre un plat végétarien (riz, légumes, sauce épicée) ou la même chose avec du poulet. Pour le matin, une omelette entre deux tranches de pain de mie.
Je passe les premières heures à discuter avec un couple d’instituteur en vacances. Ils m’apprennent que les joueurs de l’équipe de France ont fait grève car Anelka avait été viré par Domenech, et qu’ensuite, Raymond a été convoqué à l’assemblé, que maintenant on doit travailler jusqu’à 62 ans (63 pour moi du coup ;) et que prêt de deux millions de personnes se sont mobilisées pour la dernière manifestation… ça fait du bien d’avoir ces news, ça me manque un peu aussi :) moi qui écoute France Info à mon réveil et dans la voiture… A un moment, je leur dit que je me trimballe mon petit hôpital de campagne dans un Tupperware (merci Cha!) et que pour l’instant je n’ai pas eu à m’en servir (j’aurai pas du dire ça!).
Ils descendent, des Indiens les remplacent, moins de conversation… je lis, travaille sur mon ordinateur, essaye de me reposer mais je commence à avoir mal au dos, la position et les sièges/couchettes ne sont pas compatibles avec mon dos capricieux…

DSC02995DSC02990
La classe dans laquelle je voyage est une 3AC, cela veut dire que le wagon est climatisé. Avant cette classe il y a la sleeper class, pas climatisée, puis après, la 2AC et la first class. Le wagon est compartimenté en petites unité de 8 personne, 3,3,2. Pour ce voyage j’ai le upper bed, le lit le plus haut, ce qui me permet de laisser mes affaires en sécurité tout le long du voyage. La clim fonctionne bien, voir trop bien, c’est un véritable frigo à des moments… du coup, la 1ère nuit, je me réveil frigorifiée (car la température n’est pas du tout constante dans le wagon…), ajouter à cela quelque chose qui n’est pas passé lors de mes derniers repas, et je me réveil le lendemain avec de la fièvre et une bonne diarrhée des familles… Superrrrrr, encore un jour à passer dans le train, malade… :( Décidemment, je suis persuadé que l’effet nacébo (l’inverse du placébo) existe! Je ne m’étais pas arrêté de me dire, “je ne veux pas être malade dans le train, je ne veux pas être malade dans le train…” et voila, je suis malade dans le train… alors je me couche, transpire beaucoup, me force à manger et à m’hydrater… et vais aux toilettes… une épreuve à chaque fois, surtout quand on a pas de papier toilette… Pour prendre l’air, rien de plus simple, on ouvre la porte du train, on s’accroche, et nous voila cheveux au vent! ça me permet de me sécher un peu…
La 2ème nuit se passe pas trop mal, un peu dur à chaque fois que je dois escalader pour aller aux toilettes…
Le train a 1h de retard sur l’horaire prévu, le petit matin, je m’aperçois que le paysage a bien changé, des palmiers, du soleil, ça sent la côte et les tropiques :) La pauvreté est moins visible, on voit de nombreuses petites maison en dur, et les tas d’ordures ont disparu. Le Kerala est une province beaucoup moins pauvre que celle de Delhi et du nord en général.
Arrivé à Ernakulam, je prend le taxi pour me rendre au quai afin de prendre le bateau qui m’amènera sur la presqu’île de Kochi, mon lieu de repos pour les 2 jours à venir :) C’est moins sale, ça fait penser aux pays tropicaux qu’on a “l’habitude” de visiter, la mer est là, pas bleue, mais elle est là :) Je trouve un ptit hôtel à 500 roupies, ça fera l’affaire, c’est calme et le plus important, il y a du papier toilette!!!!!!
Demain, je passe la journée sur un House Boat, déjeuné local et visite de petits villages au milieu des lagunes et canaux qui quadrillent la région. Espérons que je ne sois plus malade!
 DSC03000

Repos à Darjeeling

Salut à tous! Déjà trois jours que je suis en Inde après mon séjour au Népal :) Le temps s’est amélioré depuis mon arrivée, et aujourd’hui j’ai eu droit à du ciel bleu et du soleil! Cela m’a permis de voir un peu l’horizon, et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est montagneux et très vert!

DSC02870

Les parcelles de thé sont disséminées un peu partout aux alentours et j’ai pu gouter ce fameux thé de Darjeeling. Résultat: Il est bon, mais c’est comme le vin, je pense que lorsqu’on n’y est pas habitué (à boire du thé), on a du mal à ressentir une grande différence avec les autres thé…
La ville est littéralement accrochée aux flans des montagnes et de nombreuse ruelles la sillonnent. On trouve pleins de petites étales en tout genre, allant de l’endroit où on achète le charbon au poissonnier et au vendeur de chaussures…

DSC02824DSC02818DSC02840

J’ai vécu ma petite vie tranquille, rythmée par la quête d’Internet gratuit dans la rue, la quête de la meilleur mangue et la ballade dans la ville. Pour ce qui est d’Internet, étonnement je suis tombé dans un coin où j’ai eu jusqu’à trois wifi non protégé, alors qu’impossible de mettre la main sur un accès dans les autres coins de la ville. Donc bonne pioche! Pour ce qui est de la mangue, elles sont toutes bonnes! C’est un vrai régale, j’en mange au minimum trois par jour! Enfin, pour la ballade, j’ai arpenté la ville de part en part et aujourd’hui j’ai fait un tour dans le train à vapeur qui relie Darjeeling à Ghum, la gare la plus haute d’Inde (2400m environ). Ce fut un plongeon dans un autre temps, c’est bruyant, et ça fait tchou tchou!!! :) Vraiment un bon moment! Le train circule le long de la route et croise les voitures qui s’arrêtent devant son passage.

DSC02854DSC02864DSC02844 
Mon programme à venir est le suivant : Demain, départ de Darjeeling pour Siliguri où je prendrais le train le 4 au matin pour New Dehli que j’atteindrai après 22h de voyage. Là, je reprendrai le train le 6 direction Cochin au sud de l’Inde, 48h de voyage à traverser l’Inde du nord au sud, ça va être spécial de vivre dans un train pendant 2 jours! Arrivé à Cochin, je me reposerai un ou deux jours puis direction la Thaïlande pour rejoindre Pukhet où je ferai un peu de farniente, plongée, plage et découverte des environs. Ensuite je rejoindrai le Sri Lanka où une semaine de Kite Surf m’attend dans un endroit qui s’y prête bien! Enfin, pour clore le mois de juillet, je me rendrai à Kuala Lumpur pour un jour plein avant de rejoindre mon lieu de villégiature du mois d’août, à savoir, BALI!!! :)

Voila, je ne pense pas pouvoir me connecter à Internet avant quelques jours alors d’ici là, je vous souhaite à toutes et à tous un très bon week end et une bonne semaine!

DSC02896DSC02894DSC02898