Samedi, mission “Mitad del mundo”. Mais qu’est ce donc me direz vous? Hé bien c’est tout simplement là que la preuve a été faite que la terre est ronde! Mais aussi, c’est de là que le “mètre” a été défini, 10 million de mètre entre l’équateur et le pole nord… tout ça, conduit par une mission Française en 1743! Et c’est donc là qu’un monument est érigé pour marqué le passage de l’équateur.
Bon, aussi étonnant que ça puisse paraître, on est pas les seuls à faire grève dans notre beau pays et après plus d’une heure de bus pour me rendre du centre ville au village de San Antonio de Pichincha, je trouve les portes du site fermées… Mais tout n’est pas perdu car je vais dans un petit bureau touristique à coté du parc et me voila parti pour un petit tour d’une heure au volcan Pululahua, un volcan actif au porte de Quito. La caldera, très encaissée, est habitée par une centaine de familles. Beaucoup de nuages nous bouchent la vue mais au retour, sur la route, muni de mon petit GPS sur l’Iphone, je suis tout excité de trouver et passer l’équateur!  0°.009, 0°.008… 0°.000! M’y voila! Sur cette fameuse ligne où d’un coté on est au sud, et de l’autre, au nord! :) J’envoi ma position avec mon petit Spot Messenger histoire de marquer le coup et retour à Quito où je rejoins JP (mon ami équatorien rencontré à Sydney) pour entamer un bon samedi soir à boire de la bière locale, du canelazo (rhum, canelle, naranjilla, sucre) et manger la plus grande empenada con queso au monde! Facilement 1kg de beignet à manger!!! Bon, j’avais déjà mangé une crêpe avant du coup, une fois n’est pas coutume, j’ai pas réussit à la finir!

DSC09214DSC09206DSC09209
DSC09242DSC09220DSC09227DSC09229

Retour à mon hostal, une bonne nuit de sommeil pour être en forme demain à 7h00 du matin pour partir au Cotopaxi, simplement les plut haut volcan actif du monde! (5897m) Non loin de là, sur la route, j’ai pu observer le Chimborazo, le plus haut sommet du monde! (6268m) Comment ça??? C’est pas l’Everest le plus haut sommet???? Hé bien si on s’en tient au fait que de part la forme d’ellipsoïde de la terre et de ce fait, que son rayon fait 21km de plus à l’équateur qu’aux pôles, le Chimborazo étant plus proche de l’équateur que l’Everest, c’est le sommet le plus éloigné du centre de la terre cqfd :)
Le temps est magnifique, ciel bleu, quelques nuages pour faire beau, quelle chance! La route qui mène au Cotopaxi a bien changé depuis 17 ans (j’étais venu ici à l’âge de 13 ans avec mes parents). La petite route qui serpente dans les vallées a laissé place à une large route où se croisent de gros camions! Mais elle reste tout de même très belle, avec notamment cette vue sur le Chimborazo. Le parc national du Cotopaxi est très vaste et à la différence des environs de Quito, peu ou pas d’arbres y poussent en raison des éruptions passées du volcan.DSC09254DSC09270DSC09279
DSC09308
Le Cotopaxi est très accessible. En effet, on peut y monter en voiture jusqu’à un parking situé à 4500m d’altitude. Les 300 derniers mètres pour rejoindre le refuge sont effectués à pied soit par une voie directe (mais assez pénible du fait du manque d’oxygène et d’acclimatation), soit par un chemin qui zigzag et pour le coup, moins raide. C’est celui ci qu’on emprunte pour arriver au refuge à l’altitude de 4810m où un bon déjeuné nous attend. Ce refuge s’est agrandi, on peut maintenant s’y restaurer en plus d’y dormir pour attaquer l’ascension du sommet aux aurores (à faire lors d’un prochain voyage). Direction le glacier 300m plus haut, mais la neige étant présente, choses inhabituelle à cette altitude, le groupe s’arrêtera à 5000m, je continuerai seul jusqu’à prêt de 5050m, à quelques encablure du glacier, mais ne voulant pas abusé sur la gentillesse de mon accompagnateur qui m’a permis de monter plus haut, je réserve l’ascension au glacier pour une prochaine fois :) Le paysage est grandiose, d’un coté le sommet du volcan avec un glacier énorme (qui recule de 10m par an) et de l’autre une plaine qui s’étend à perte de vue 2000m plus bas!
La descente se fait en VTT! Direction un lac dans la vallée, prêt de 1500m de dénivelé sur la piste qui serpente sur les flancs du volcan. Excellent! Voila une nouvelle expérience inoubliable! :)
DSC09287DSC09290DSC09296
DSC09326DSC09319DSC09328

Lundi matin, direction la station de bus sud de Quito pour rejoindre la côte et Punta Prieta, où Luis a sa petite maison de vacance m’attendent (ou pas). Très moderne, je trouve sans problème mon bus pour Santo Domingo, départ 10h du matin, 5h de route plus tard, me voila dans cette ville carrefour où je trouve un autre bus pour Pedernales que j’atteindrai aux alentours de 17h. J’appelle Luis, j’oublie un 0 avant son numéro du coup ça ne fonctionne pas. JP devait venir avec moi, mais finalement il avait des choses à faire sur Quito et il ne viendra que demain. Je vais dans le centre, retente le numéro de Luis et fini par le joindre. On s’est mal compris, il ne sera là que demain, il m’invite cependant à me rendre dans sa maison à une petite heure de cette petite ville située au bord de l’océan Pacifique. Il m’explique comment la trouver, Yvan, le gardien m’ouvrira :) J’attrape le dernier bus qui part vers ma destination et arrive à la tombée de la nuit.
La maison, en bois, est situé sur les hauteurs et offre une vue magnifique sur l’océan. Les “fire flies” que j’avais vu en Thaïlande, sont là aussi :) Ce sont des sortes de lucioles qui clignotent, c’est beau, c’est calme (cependant, dommage que la route passe pas très loin), j’entend le bruit des vagues. Je suis seul, prend une bonne douche après cette journée de voyage, me fait chauffer une soupe Maggi aux champignon, ce soir, film (little miss sunshine), dodo, demain, baignade dans l’océan Pacifique si le temps le permet :)

PS: jeudi matin, 3 jours chez Luis à se reposer, éditer des films… Les photos à venir, quand j’aurai une meilleur connexion Internet :) direction Trujillo au Pérou!