11h40, lundi 17 janvier 2011, je quitte l’hostel Oak de Tokyo où j’ai séjourné 2 nuits pour rejoindre la station de bus de Shinjuku afin de me rendre à Kawaguchiko, la ville bordant le lac du même nom, au pied du mont Fuji. Appelé à tord Mont Fujiyama en raison d’une étrange histoire de traduction, ce volcan est le plus haut sommet du Japon, culminant à plus de 3700m. Il est visible depuis Tokyo par temps clair et le moins que l’on puisse dire et qu’au fur et à mesure qu’on se rapproche, on se rend compte de sa grandeur et de sa beauté! Il forme en effet un cône parfait et est entouré de cinq lacs, ce qui lui a valu d’être représenté au fil des âges d’une multitudes de manières. On a tous vu ce tableau japonais avec une grande vague déferlante, à l’arrière, on peut voir le mont Fuji, et qui ne connait pas les pellicules Fujifilm ou  Fujicolor… la firme étant installé dans la région. Les japonais vénèrent ce volcan et ils sont nombreux à se déplacer pour y grimper et randonner aux environs. La nature qui l’entoure est magnifique, de grandes forêts bordent les lacs et de nombreuses espèces d’oiseaux y séjournent.

DSC08815DSC08808

Une heure et demie de bus plus tard, me voila à la station de bus de Kawaguchiko, j’insère 10yens pour passer un coup de fil à l’hostel que j’ai réservé afin qu’ils viennent me chercher. J’apprend que cet hostel fait parti des meilleurs du Japon. En effet, je ne suis pas déçu, propreté irréprochable, vaste cuisine, grand salon avec canapé et tatami, vélo à louer, pantoufle, lit très confortables avec une grosse couette et évidemment , les fameuses toilettes chauffantes à lavage intégré :) Il fait bon vivre dans cet hostel, il est situé à 5min à pied du lac d’où on a une très belle vue du mont Fuji. Un osen (bain de source d’eau chaude d’origine volcanique) est situé juste à l’arrière. Parfait pour terminer la journée! Et quelle journée! Arrivé à l’hostel, je pars marché aux alentours faute de pouvoir prendre le bus qui devait m’amener à un osen réputé (ce n’est que parti remise au lendemain). Il fait froid, pas plus de 5°c avec un bon vent soufflant en rafale! Les habitations sont cossues et possèdent chacune un petit jardin japonais avec de très jolis arbres façon bonzaï :)

DSC08740DSC08748DSC08761

Mardi, après une bonne grasse mat (j’en profite en ce moment!), je pars en VTT à midi pour faire le tour du  lac Kawaguchiko et Saiko. Pas moins de 40km m’attendent! Pour affronter le froid je demande à la réception s’ils n’ont pas des gans à me prêter et il se trouve que de très bons gans ont été oubliés il y a plus d’un mois, du coup, ils me les donnent! :)   Parfait! Je m’arrête à de nombreuse reprise sur les bords du lac pour admirer la vue, à certains endroits, l’eau parfaitement lisse crée un reflet parfait du Fuji :) Seul les morceaux de glaces flottant à la surface viennent perturber le reflet. En cette saison la route n’est pas trop emprunté et c’est avec plaisir que je roule autour du lac. De nombreuses oies et canard marchent sur la glace et s’enfuient à mon passage. Une bonne petite montée pour passer un col et me voila au lac Saiko. Je m’arrête dans une grotte de lave où je peux admirer de très beau stalactites de glace. A l’ombre, la neige des dernières chutes est toujours présente. Ca me semble irréel de pédaler au milieu de la neige alors qu’il y a une semaine je pédaler au milieu des palmiers de Mui Né! En fin d’après midi, mes orteils à moitié congelés, je m’arrête à l’osen Yaruri, une institution dans la régiojn. Beaucoup plus grand que l’osen visité hier soir, je rencontre un japonais qui me fait profiter de sa carte annuelle afin d’obtenir une réduction de 300 yens sur le prix normal, soit 900Y à la place de 1200Y :)

DSC08787
DSC08784DSC08785DSC08786
DSC08793DSC08798DSC08800DSC08825

Allé dans un osen nécessite de connaître le fonctionnement. A l’entrée, comme partout au Japon, il faut enlever ces chaussures qu’on place dans un petit casier dont on prend la clé. On achète ensuite le ticket d’entrée à ces fameuses machines automatiques, ça évite au personnel de manipuler l’argent. On remet le ticket aux hôtesses d’accueil, puis on s’immerge un peu plus dans l’atmosphère reposante des lieux. On passe devant la “rest room” où l’on peut lire, se faire masser ou tout simplement dormir. Direction les vestiaires, pour homme, où l’on se déshabille totalement en laissant ses affaires dans un casier. Deux serviettes sont fournies, une pour se sécher et une pour cacher son sex si on est trop pudique. A ce sujet, j’ai pu voir pas mal de quéquettes japonaises, et à l’instar de la réputation de nos amis africains, la réputation de petitesse de nos amis japonais est avérée ;) On entre ensuite dans les bains où règne une bonne chaleur humide. La température de l’eau thermale est de 43°c. Avant de s’immerger, on doit se laver des pieds à la tête. Gel douche, champoing, après champoing, tout est fourni! Une fois propre comme un sous neuf, nous voila prêt pour une séance de relaxation intense avec une vue magnifique sur le mont Fuji. On alterne les bains intérieurs et extérieurs, avec le soleil couchant qui vient nous réchauffer des températures glaciale qui règne dehors. Que c’est bon! Des jacuzzi au rez de chaussé, un sauna avec une petite porte donnant directement sur le bain d’eau froide à 10°c… un régal! Etrangement, passé la difficulté de rentrer dans l’eau froide, si on ne bouge pas, ça ne fait pas mal et on peut y rester plusieurs minutes. Mais bouger ne serai-ce que le petit doigt et le froid vous rappel à quel point il faut lutter pour rester! Je pense que lorsque vous ne bougez pas, l’eau autour de votre corps se réchauffe et agit comme une couche “protectrice”. Bon la volonté y joue aussi pour pas mal!

DSC08845DSC08851Fuji
DSC08854DSC08832GOPR3398

On peut rester dans l’osen toute la journée si on le souhaite. Des bains privé sont même à disposition et si on veut aller plus loin, on peut se faire enterrer sous uen couche de sable chaud… Pour ma part, une bonne heure m’aura bien relaxée et une fois sécher et parfumé avec les crèmes mis à disposition, je repars en vélo pour rejoindre Kawaguchiko. Le retour est facile, ça descend! J’ai bien fait de partir dans ce sens! J’arrive à la tombée de la nuit à l’hostel où je me cuisine un bonne omelette avec du gingembre, du fromage et de la sauce soja. Une bonne soupe instantanée aux nouilles et petits légumes agrémentée de gingembre, un régal! Un yaourt en dessert et un bon thé et me voila prêt pour aller faire dodo :) Demain, je repars sur Tokyo où je vais préparer ma journée de jeudi… mais chuuuuut c’est une surprise! (oui, je me fais des surprises!), tout ce que je peu dire c’est que ma veste de ski va m’être encore une fois très utile! et j’ai même trouvé un pantalon à 5€ qui va avec! ,Avec les gants et mes lunettes, je suis paré! Mais à quoi donc… :)