Tel est mon état d’esprit après les dernières 48h! Revenons donc 48h en arrière:
Vendredi à Tahiti, debout 5h du mat, Sarah m’accompagne gentiment à l’aéroport (merciiiiiii), d’où mon avion décolle à 7h pour arriver 5h40 plus tard à Tontouta (l’aéroport international de Nouvelle Calédonie), samedi matin, où Jacques m’attend (merciiiii aussi!!!). Sur ce coup, j’ai vieilli d’un jour en 5h40… De là, direction Nouméa où Kathia a préparé du filet de steak avec des frites maison, un régal, sur ce, Coline, une amie de Marseille qui vie à Nouméa quelques mois, me propose de partir dans le sud camper en bord de mer, découvrir les trous d’eau du barrage de Yaté, voir l’usine de nickel, admirer les chutes de la madeleine pour finir par déguster un milkshake fait maison avec du lait de vache du jardin :) On campe sur le terrain d’une petite tribu kanak (ça se fait beaucoup là bas) et au petit matin, snorkeling sur un magnifique tombant peuplé de coraux multicolore, je me fait même attaqué l’orteil par un poisson perroquet. Le temps est magnifique, chose assez inhabituel en cette période, le ciel bleu accompagne le soleil de plomb. De retour sur Nouméa, Coline me ramène à l’aéroport d’où je prends l’avion direction Port Vila, la capitale des Vanuatu, que j’atteindrai à 22h.

DSC09166DSC09186DSC09188DSC09130DSC09133DSC09139

Le rhume contracté à Moorea se transforme en un très gros rhume peut être même un début d’otite, d’où l’étrange sensation de débarquer dans le monde du silence, comme si mes oreilles étaient boucher avec du coton, la nuit, avec de gentils douaniers qui vous pausent des questions pour savoir ce que vous venez faire ici… Yvan, mon hôte de couchsurfing est venu me chercher (merciiiiii à lui aussi), il habite à 5min de l’aéroport et à 5min à pieds du “centre ville”.
Port Vila est tout petit, à l’image de ce pays (bon ya quand même 83 îles qui le composent). Les habitants sont souriants, et le marché couvert est une petite merveille où l’on peut manger local pour 35O vatu (environ 2,8€) et acheter pléthore de fruit et légume locaux (mangues, papayes, bananes, ananas, pomme liane etc…) Ma mission lundi est d’éviter les goutes, il pleut des cordes, essayer de guérir et surtout, trouver comment vivre à Ambrym où je pars demain matin. Ambrym est une île où le tourisme est très peu développé, à l’opposé de Tana et Santo. C’est étrange car les habitants ont à peu prêt le même niveau de vie que les habitants de Madagascar, mais les activités proposés aux touristes sont plus cher qu’à Tahiti! y compris les hébergements! Du coup, Yvan me présente à des Américains de l’organisation Peace Corp, ce sont des volontaires qui aident à développer le pays. Je rencontre Désirée qui connait Alisha qui habite à Ambrym. Puis je rencontre Thomas dont m’avait parlé Franck, Sarah et Fa’ à Tahiti, qui tient une école de kite surf et un magasin en ville. Je glane de précieuses informations pour organiser ma petite semaine et demie aux Vanuatu mais je ne sais toujours pas où je dormirai demain soir et encore moins, comment j’atteindrai le volcan et comment je pourrai camper là haut… Ce que je sais, c’est que malgré toute attente, mon budget journalier va être difficile à tenir, à moins que ma bonne étoile me fasse rencontrer les bonnes personnes :)

Les communications vont être assez réduite là bas, du coup, pas de mise à jour prévue, sauf coup de chance, avant vendredi 17/12. D’ici là, je vous souhaite une bonne semaine et préparez bien les fêtes! Je vais essayer d’assister à ce spectacle que j’attends depuis si longtemps, les entrailles de la terre à portée de main!

Faute d’Internet lent, je ne peu pas mettre en ligne le film sur Fa’ et ses amis surfeurs à Moorea. Il faudra attendre les prochaines étapes, qui je vous le rappelle, sont toujours à deviner :) Mais où vais-je donc passer pour rejoindre le Viet Nam??? Quelques indices : Je vais passer par un autre pays “île” dans le pacifique, puis par une sorte de Chine, et enfin par un pays où je suis déjà passé ;)

A plus tard!

GOPR2963