Toutes bonnes choses ont une fin comme on dit non? :) Depuis mon dernier billet, j’ai fait LA session de kite aux Tipaniers avec un bon 20 nœuds établit puis le lendemain matin, rebelote, cette fois ci dans un vent plus léger. Cette session est sans aucun doute la plus belle qu’il m’ait été donné de vivre. Un peu comme en Egypte sauf que là, vous remplacer le désert et les cailloux par des petits îlots recouvert de palmiers et par l’île de Moorea en arrière plan :) Mon seul regret, ne pas avoir eu les conditions pour kiter dans les grosses vagues, ça sera pour la prochaine fois! Merci à Olivier, le cousin de Fa’ pour les jolies photos!
Bon pour vous rassurer un peu, c’est pas le plus beau spot du monde, les patates de corail n’étant pas loin et les rencontrer sous l’eau lorsqu’on veut redécoller son aile est un exercice dont je me serai bien passé :)
Du coup, l’après midi, j’ai fait mon bon samaritain en décollant les ailes des copains ;) Ca ma permit de rencontrer Franck, infirmier de son état depuis pas mal d’années à Moorea. Franck est gentil :) Il a fait un tour du monde avec sa copine et du coup, il m’invite à boire une bonne bière bien fraiche et me propose de les accompagner le lendemain sur Tahiti pour aller faire du canyoning avec un ami à lui! Sans hésitations j’accepte et nous voila le lendemain dans la vallée de Papeno’o pour une journée d’aventure dans le plus beau canyon de l’île!

DSC_0007DSC_0015DSC_0041
DSC09052
On prend le bateau à 8h du mat pour se rendre a Tahiti, Franck nous emmène à tour de rôle en moto chez son ami qui connait les canyons du coin et qui a fait une formation de secours en milieu périlleux, donc, pas de soucis niveau sécurité :) Nous voila donc 5 pour faire ce canyon, Arnaud, un shaper de planche de surf à Huaine, Sandra la copine de Franck et Pierre, le “guide”. 30min de voiture plus tard, nous voila enfoncé dans les entrailles de Tahiti où une marche d’approche d’une petite heure nous attends pour accéder à l’entrée du canyon. C’est raide, mouillé, la végétation est luxuriante et le sentier est parfois pas plus large qu’un homme avec un bon ravin sur le coté, bref, faut faire attention. Heureusement que je sais qu’il n’y a pas de serpent et d’araignée méchante tant on va à l’aveuglette dans les fougères et autres végétaux.
Arrivée au 1er rappel, on brief Arnaud en utilisant la corde sur laquelle on va descendre sauf qu’on fait pleins de nœuds, une bonne 1/2 heure de perdue. On descend et une fois arrivée en bas, on s’aperçoit que le nœud qui marque le milieu de la corde ne passe pas dans le mousqueton laissé à demeure qui évite que la corde frotte les pierre… C’est là que le petit appareil de remontée sur corde va nous sauver, Pierre remonte laborieusement sur la corde dynamique (c’est à dire qu’elle est très élastique et que du coup, c’est galère à remonter dessus!), encore 1 petite heure de perdue… Du coup, 1h30 de retard sur le planning, on ne pourra pas rentrer par le bateau de ce soir, heureusement, Pierre pourra nous héberger :)
La suite se passe très bien, plusieurs petit rappel pour rejoindre le torrent principal du canyon, un bon débit permet même de sauter dans des vasques et de de faire du toboggan! A un moment on passe sous une énorme arche, c’est magnifique! Puis voila le dernier rappel de 45m dans la cascade! Grand moment de rappel à la GIGN en sautant et se laissant glisser le long de la corde de 100m toute neuve (et qui donc, glisse très bien!).
Le beau temps nous a accompagné tout au long de la progression et selon les locaux, des journées comme ça, sans nuage au centre de Tahiti, il n’y en a pas plus de 30 par an! :)

DSC09056
DSC09093GOPR2872GOPR2865
Le soir, un bon plat de pâte pour recharger les batteries et nous voila revenu sur Moorea le lendemain matin où une plongée avec le Bathy’s Diving m’attend. Aujourd’hui c’est la “shark experience”. Il faut savoir que depuis très longtemps les clubs de plongée ont pris l’habitude de donner à manger aux requins pour les attirer et mieux les observer. Cette pratique décriée par certains est maintenant plus encadrée qu’avant et peu de club la continue. Interdite dans le lagon, elle doit être faite à minimum 1 km de la passe coté océan. J’ai commencé à plonger en 1998 au même endroit et le feeding était à son “heure de gloire” mais pas assez “encadré”. Aujourd’hui, le débat est toujours ouvert et c’est de loin une pratique que je ne cautionne pas vraiment tant on se croirait à “disneyland”. Une vingtaine de plongeurs, accrochés au récif, observent patiemment Guillaume, les mains protégée par une côte de maille, en train de donner des têtes de requins aux requins citron qui ont pris l’habitude de passer à table à cet endroit précis. Je modère ma “déception” quand à cette pratique car Guillaume prend le temps d’expliquer le comportement des requins et elle a pour mérite de dédiaboliser cet animal si incompris et torturé de part le monde (je pense à nos amis asiatique, friands d’ailerons de requins, qui après leur avoir coupé, les remette à l’eau…). On voit même que certains requins ont développé une sorte de proximité lui permettant de les caresser gentiment. Bref, pas la plus belle plongée du séjour, mais une approche intéressante du shark feeding qui reste une expérience à vivre pour mieux comprendre les requins. 
Pendant qu’en Europe, il neige, il fait froid et tout le monde allume sa cheminée, voila Fa’ qui rentre de sa session de surf à Haapiti où j’aurai pu me rendre à plusieurs reprise pour faire quelques images et un peu de snorkeling au milieu des vagues :)

GOPR2906GOPR2952GOPR2936PB210061
Aujourd’hui, je prends le bateau pour rentrer sur Tahiti où Sarah m’accueille une nouvelle fois pour passer ma dernière nuit au paradis :) Je l’invite au restaurant “Lou Pescadou” pour changer un peu des mets locaux :) et demain matin, direction l’aéroport à 6h du mat pour retourner sur Nouméa d’où je prendrai mon avion pour Port Villa dimanche soir.

Je vous souhaite à tous un bon mois de décembre neigeux car c’est bien mieux quand il neige que quand il pleut :)