…ne fut pas à l’image de l’arrivée :)

Tout d’abord au niveau du temps, à la frontière népalo-indienne, le temps était pluvieux et gris, aujourd’hui, le soleil des tropiques brille, du coup, le moral est au beau fixe lui aussi. 
DSC02774Ensuite, au niveau de l’accueil, à la frontière terrestre, si vous ne chercher pas et ne forcez pas les “agents” ou plutôt “l’agent” en charge de l’immigration et de vous tamponner votre passeport, vous n’aurez pas de tampon et vous entrerez en Inde “illégalement”, même si vous avez votre visa… c’est bien 1h que j’ai attendu pour réussir à avoir ce sésame au poste frontière, non pas parcequ’il était surchargé, mais bien parcequ’il n’y avait personne… Bon du coup, l’accueil pour entrer en Inde fut correct, j’ai pu me laver les mains derrière le bureau et la personne que j’ai vu était “sympathique”.
La sortie est un autre registre, on oublie le poste frontière et on le remplace par l’aéroport international de Kochi (Cochin). Bon, autant le dire d’embler, ils ont vu les choses en grand, voir un peu trop. Il est très grand et vide (peut être la basse saison y est pour quelquechose aussi…). C’est le 1er aéroport que je vois où vous devez présentez votre billet et votre passeport pour entrer à l’intérieur, sinon, il faut payer (la pauvre mémé qui doit payer pour dire au revoir à ces petits enfants…)… Bon y sont peut être en plan vigipirate rouge permanent comme chez nous, qui sait… Par contre, là où ça coince, c’est les agents en uniforme qui vérifient ça. Pas poli pour un sous, ils ne comprennent pas que l’intérêt d’un billet électronique est justement le fait qu’il soit électronique et que de ce fait, vous n’avez pas besoin de l’imprimer…. mais non, pour eux, pour entrer, vous devez présenter un morceau de papier, l’écran d’un Iphone ne leur parle pas assez… Du coup j’arrive à voir le manager du terminal international après une discussion inutile et infertile qui va demander à Air Asia, d’amener la liste des passagers du jour pour vérifier que j’ai bien un billet… tout ça pour rentrer dans l’aéroport… n’importe quoi…
Concernant le tampon sur le passeport, allez expliquer au douanier que vous êtes arrivé autre part que par un aéroport en Inde… apparemment c’est pas monnaie courante dans le coin, surtout pour un “blanc” et ça me rend plutôt “fiers” de mon parcours. Du coup, je n’apparait pas dans leur système informatique et ça ne passe pas… ils cherchent en vain des tampons familiers sur mon passeport et mon visa Indien, mais le seul qu’il y a et celui de poste frontière complètement illisible… alors ils me demandent si c’est la 1ère fois que je viens en Inde, quand je suis arrivée, où je suis aller etc… je répond avec entrain à toutes leur questions et petit à petit ils comprennent que je suis bien arrivé depuis le Népal et que j’ai traversé ‘l’Inde en train… du coup, ils sont un peu ébahie :)
Autres différence, les bagages :) à la frontière terrestre vous pouvez rentrer avec une vache de 500kg si ça vous chante, ici, (bon d’accord, c’est pas à cause de l’Inde), j’ai acheté le droit d’avoir 20kg en soute. Problème, mon sac en pèse 22Kg, j’avais un peu prévu le coup, alors j’enlève 1,8kg que j’arrive à placer dans mon sac à dos “cabine”. Nouveau problème, le sac cabine est strictement limité à 7kg… rrrrh…. le mien en 9,5kg…. ok, heureusement j’ai mon short fétiche avec toutes ces grosses poches et j’arrive y placer un peu plus d’1kg, ça fera l’affaire…. ouf! :)
Enfin, l’analyse des bagages, encore une fois à la frontière, un petit cageot avec des bâtons de dynamites n’effrayera personne, ici, entre le scan de votre bagage en soute après quoi on vous selle votre cadenas avec un autocollant que je sens que je vais mettre 1h à enlever,  et le scan de votre sac à dos puis sa fouille de fond en comble car ils ne comprennent pas ce que c’est tout ces files, chargeurs et gadget électronique que j’emmène avec moi, ah oui, et une fouille au corps bien poussée, enfin, vous voila prêt à embarquer dans l’avion (qui n’est pas encore arrivé, on dirait bien qu’Air Asia c’est le Ryannair de l’Asie, pas cher certe, mais aussi, enchainement des rotations à un rythme très poussé…).
J’ai “commandé” un sandwich à bord histoire de manger un bout. J’espère qu’il sera bon qu’il me permettra de me caler un peu pour ne pas avoir à dépenser trop dans mon “hôtel” de ce soir, à savoir, l’aéroport de Kuala Lumpur ;) . Dernier point étrange, pour embarquer, alors que vous êtes déjà en salle d’embarquement, on vous appelle pour vous parquez dans un “espace d’embarquement”, étrange, d’autant plus que l’avion a du retard… moi j’attendrai qu’il arrive! non mais ;) (et puis je dois toujours aller aux toilettes régulièrement, alors hors de question d’être enfermer dans leur enclos!