Archive for July 10, 2010

Cheval by night au Caire au pieds des pyramides

Ballade dans les rues du Caire après le débarquement depuis Dubaï et avant le bus pour la mer rouge :) Un rêve tout simplement!

Une ballade à Athènes :)

Ca faisait longtemps qu’il n’y avait pas eu de vidéo sur le site, faute de connexion internet adéquate pour les envoyer… Alors quand je trouve du net qui speed j’en profite! (c’est le cas ici dans le starbuck de l’aéroport de Kuala Lumpur :)

Voila un pti résumé de ma ballade à Athènes il y a quelques semaines :) enjoy!

Le départ d’Inde…

…ne fut pas à l’image de l’arrivée :)

Tout d’abord au niveau du temps, à la frontière népalo-indienne, le temps était pluvieux et gris, aujourd’hui, le soleil des tropiques brille, du coup, le moral est au beau fixe lui aussi. 
DSC02774Ensuite, au niveau de l’accueil, à la frontière terrestre, si vous ne chercher pas et ne forcez pas les “agents” ou plutôt “l’agent” en charge de l’immigration et de vous tamponner votre passeport, vous n’aurez pas de tampon et vous entrerez en Inde “illégalement”, même si vous avez votre visa… c’est bien 1h que j’ai attendu pour réussir à avoir ce sésame au poste frontière, non pas parcequ’il était surchargé, mais bien parcequ’il n’y avait personne… Bon du coup, l’accueil pour entrer en Inde fut correct, j’ai pu me laver les mains derrière le bureau et la personne que j’ai vu était “sympathique”.
La sortie est un autre registre, on oublie le poste frontière et on le remplace par l’aéroport international de Kochi (Cochin). Bon, autant le dire d’embler, ils ont vu les choses en grand, voir un peu trop. Il est très grand et vide (peut être la basse saison y est pour quelquechose aussi…). C’est le 1er aéroport que je vois où vous devez présentez votre billet et votre passeport pour entrer à l’intérieur, sinon, il faut payer (la pauvre mémé qui doit payer pour dire au revoir à ces petits enfants…)… Bon y sont peut être en plan vigipirate rouge permanent comme chez nous, qui sait… Par contre, là où ça coince, c’est les agents en uniforme qui vérifient ça. Pas poli pour un sous, ils ne comprennent pas que l’intérêt d’un billet électronique est justement le fait qu’il soit électronique et que de ce fait, vous n’avez pas besoin de l’imprimer…. mais non, pour eux, pour entrer, vous devez présenter un morceau de papier, l’écran d’un Iphone ne leur parle pas assez… Du coup j’arrive à voir le manager du terminal international après une discussion inutile et infertile qui va demander à Air Asia, d’amener la liste des passagers du jour pour vérifier que j’ai bien un billet… tout ça pour rentrer dans l’aéroport… n’importe quoi…
Concernant le tampon sur le passeport, allez expliquer au douanier que vous êtes arrivé autre part que par un aéroport en Inde… apparemment c’est pas monnaie courante dans le coin, surtout pour un “blanc” et ça me rend plutôt “fiers” de mon parcours. Du coup, je n’apparait pas dans leur système informatique et ça ne passe pas… ils cherchent en vain des tampons familiers sur mon passeport et mon visa Indien, mais le seul qu’il y a et celui de poste frontière complètement illisible… alors ils me demandent si c’est la 1ère fois que je viens en Inde, quand je suis arrivée, où je suis aller etc… je répond avec entrain à toutes leur questions et petit à petit ils comprennent que je suis bien arrivé depuis le Népal et que j’ai traversé ‘l’Inde en train… du coup, ils sont un peu ébahie :)
Autres différence, les bagages :) à la frontière terrestre vous pouvez rentrer avec une vache de 500kg si ça vous chante, ici, (bon d’accord, c’est pas à cause de l’Inde), j’ai acheté le droit d’avoir 20kg en soute. Problème, mon sac en pèse 22Kg, j’avais un peu prévu le coup, alors j’enlève 1,8kg que j’arrive à placer dans mon sac à dos “cabine”. Nouveau problème, le sac cabine est strictement limité à 7kg… rrrrh…. le mien en 9,5kg…. ok, heureusement j’ai mon short fétiche avec toutes ces grosses poches et j’arrive y placer un peu plus d’1kg, ça fera l’affaire…. ouf! :)
Enfin, l’analyse des bagages, encore une fois à la frontière, un petit cageot avec des bâtons de dynamites n’effrayera personne, ici, entre le scan de votre bagage en soute après quoi on vous selle votre cadenas avec un autocollant que je sens que je vais mettre 1h à enlever,  et le scan de votre sac à dos puis sa fouille de fond en comble car ils ne comprennent pas ce que c’est tout ces files, chargeurs et gadget électronique que j’emmène avec moi, ah oui, et une fouille au corps bien poussée, enfin, vous voila prêt à embarquer dans l’avion (qui n’est pas encore arrivé, on dirait bien qu’Air Asia c’est le Ryannair de l’Asie, pas cher certe, mais aussi, enchainement des rotations à un rythme très poussé…).
J’ai “commandé” un sandwich à bord histoire de manger un bout. J’espère qu’il sera bon qu’il me permettra de me caler un peu pour ne pas avoir à dépenser trop dans mon “hôtel” de ce soir, à savoir, l’aéroport de Kuala Lumpur ;) . Dernier point étrange, pour embarquer, alors que vous êtes déjà en salle d’embarquement, on vous appelle pour vous parquez dans un “espace d’embarquement”, étrange, d’autant plus que l’avion a du retard… moi j’attendrai qu’il arrive! non mais ;) (et puis je dois toujours aller aux toilettes régulièrement, alors hors de question d’être enfermer dans leur enclos!

Cochin ou l’autre face de l’Inde…

Comme je l’avais pressenti depuis mon arrivée en train, le sud de l’Inde et plus particulièrement la région de Kerala est beaucoup plus “privilégiée” que le nord de l’Inde. Ici, la pauvreté est beaucoup moins visible, la population habite dans des maisons en dur, avec un toit, et point important, ces maisons sont finies. Les enfants vont à l’école en uniforme, pas beaucoup de déchets dans la nature, beaucoup de véhicule personnel, de motos et scooter, des magasins qui ressemble à de petites superettes, avec beaucoup de produits et de nourritures variée. On peut même parler de bonnes conditions sociales ici, pour la santé, l’éducation… Bref, rien à voir avec les conditions de vie rencontrées les jours précédents.

DSC03001DSC02999DSC03002 

J’ai résidé 2 jours à Fort Cochin, au bout de cette île là où le trafic s’estompe pour laisser place au calme et aux chants des oiseaux :) Très reposant. Etant en basse saison, les taxi driver vous harcèle pour faire 200m… j’ai “aidé” l’un d’entre eux en acceptant de me faire accompagné dans 2 magasins à touristes (produits artisanaux locaux) afin qu’il puisse avoir un nouvel uniforme de la part des autorités (il a un reçu comme quoi il a amené un touriste dans ces magasins et gagne des points de cette manière…), pour me remercier, il m’a offert un thé et une samossa. Oui, je commence à remanger avec enthousiasme, mon petit épisode turista disparaît petit à petit :)

DSC03000

Pas mal de touristes font le déplacement dans le Kerala pour suivre une cure “d’ayurvedic” très bénéfique pour la santé apparemment (élimination des toxines par un régime “stricte” et l’absorption d’un beurre spécial puis d’une huile pour déclencher une diarrhée… moi j’ai fait ça dans le train, en plus c’était gratuit!). Du coup j’ai pu me joindre à eux pour discuter et partager le repas le 1er soir.
Le lendemain, j’embarque sur un bateau sans moteur, poussé à bras d’homme avec de grands bambous, accompagné d’un suisse et de 2 londoniens. Bonne ambiance et moment de grande relaxation au milieu de ces canaux qui quadrillent les cultures de cocotiers. La pluie tombe doucement après les gros orages du matin, et on entend les goutes d’eau…

DSC03018

Le déjeuné est un régal, du riz et des légumes avec un grand nombre de saveurs différentes. On s’arrête voir ces hommes qui extrait le calcium des coquilles de coquillages. Un travail qui leur rapporte 50 roupies par kg, il en faut des tonnes de coquillages pour gagner sa vie avec, mais ils y arrivent :) puis il y a ces femmes qui font des cordes à partir de fibre de  noix de coco qui ont préalablement trempées 6 mois dans l’eau. Elles utilisent une machines très ingénieuse pour réalisé ça. Maintenant, je sais que si je suis perdu sur une île déserte, je peu faire des cordes très solide avec des noix de coco! Bon, le seul problème est qu’il faut attendre 6 mois avant de les faire… Une journée sans conteste très reposante et bénéfique pour le moral :)

DSC03062DSC03017DSC03068

Un bon repas avec les autres touristes rencontrés le soir d’avant, une bonne bière pour voir à quoi ressemble le bar du village et me revoilà dans mon petit hôtel calme pour une bonne nuit de sommeil avant le départ de demain pour l’aéroport pour rejoindre Kuala Lumpur où je passerai la nuit sur mon matelas gonflable puis j’arriverai à Krabi en Thaïlande, dimanche en fin de matinée. Je l’annonce direct, dimanche, je me baigne sur une plage de sable blanc! :p

DSC03025DSC03039