Le referai-je? non! je l’ai fait une fois ça me suffit ;) Je m’étais donné cet objectif, le voila atteint :)
Qu’il fut long ce voyage depuis Darjeeling à Kochi… 24h pour rejoindre Siliguri à Delhi, puis 48h pour de Delhi à Kochi… Le Radjani Express, de Siliguri à Delhi, est l’un des trains les plus réputé d’Inde pour son confort et son service, ça m’aura permis une entrée en matière en douceur, car le Kerala Express, lui, était un peu plus rustique…

DSC02978 
6 juillet, gare de Delhi, plateforme n°3, mon train, le Kerala Express est annoncé à l’heure. Pour “m’assurer” de ne pas être malade dans le train, depuis mon arrivée à Delhi, je n’ai pas mangé dans les boui boui que j’affectionne tant. Je me suis donc contenté d’un MacDo et son hygiène, à priori contrôlée, bon, il n’y a pas de steak ici, que du poulet, et de salades de mangues/bananes, home made, lavés avec de l’eau minéral…
Avant de monter dans le train, à la gare, je mange une espèce de soupe avec des sortes de boulettes de pain… De nombreuses personnes y mangent, alors je me dis qu’il y a du volume, ça doit être ok. Une fois dans le train, je me rend vite compte que le “standing” est différent du Radjani… les fenêtres sont propres à l’extérieur mais la condensation dans le double vitrage empêche d’y voir au travers… adieu les paysages qui défilent sous mes yeux… La propreté est elle aussi différente, pas de nettoyages régulier, alors c’est crasseux… ne parlons pas des toilettes… qui ont tout de même le méritent de ne pas sentir trop mauvais…
Les employés du train distribuent une couverture, un oreiller et deux draps, puis, ils prennent commande de ce qu’on veut manger (si on le souhaite). Je choisi cette option, plus pratique que de descendre aux différents arrêts pour trouver de quoi manger. Du coup, j’ai le choix entre un plat végétarien (riz, légumes, sauce épicée) ou la même chose avec du poulet. Pour le matin, une omelette entre deux tranches de pain de mie.
Je passe les premières heures à discuter avec un couple d’instituteur en vacances. Ils m’apprennent que les joueurs de l’équipe de France ont fait grève car Anelka avait été viré par Domenech, et qu’ensuite, Raymond a été convoqué à l’assemblé, que maintenant on doit travailler jusqu’à 62 ans (63 pour moi du coup ;) et que prêt de deux millions de personnes se sont mobilisées pour la dernière manifestation… ça fait du bien d’avoir ces news, ça me manque un peu aussi :) moi qui écoute France Info à mon réveil et dans la voiture… A un moment, je leur dit que je me trimballe mon petit hôpital de campagne dans un Tupperware (merci Cha!) et que pour l’instant je n’ai pas eu à m’en servir (j’aurai pas du dire ça!).
Ils descendent, des Indiens les remplacent, moins de conversation… je lis, travaille sur mon ordinateur, essaye de me reposer mais je commence à avoir mal au dos, la position et les sièges/couchettes ne sont pas compatibles avec mon dos capricieux…

DSC02995DSC02990
La classe dans laquelle je voyage est une 3AC, cela veut dire que le wagon est climatisé. Avant cette classe il y a la sleeper class, pas climatisée, puis après, la 2AC et la first class. Le wagon est compartimenté en petites unité de 8 personne, 3,3,2. Pour ce voyage j’ai le upper bed, le lit le plus haut, ce qui me permet de laisser mes affaires en sécurité tout le long du voyage. La clim fonctionne bien, voir trop bien, c’est un véritable frigo à des moments… du coup, la 1ère nuit, je me réveil frigorifiée (car la température n’est pas du tout constante dans le wagon…), ajouter à cela quelque chose qui n’est pas passé lors de mes derniers repas, et je me réveil le lendemain avec de la fièvre et une bonne diarrhée des familles… Superrrrrr, encore un jour à passer dans le train, malade… :( Décidemment, je suis persuadé que l’effet nacébo (l’inverse du placébo) existe! Je ne m’étais pas arrêté de me dire, “je ne veux pas être malade dans le train, je ne veux pas être malade dans le train…” et voila, je suis malade dans le train… alors je me couche, transpire beaucoup, me force à manger et à m’hydrater… et vais aux toilettes… une épreuve à chaque fois, surtout quand on a pas de papier toilette… Pour prendre l’air, rien de plus simple, on ouvre la porte du train, on s’accroche, et nous voila cheveux au vent! ça me permet de me sécher un peu…
La 2ème nuit se passe pas trop mal, un peu dur à chaque fois que je dois escalader pour aller aux toilettes…
Le train a 1h de retard sur l’horaire prévu, le petit matin, je m’aperçois que le paysage a bien changé, des palmiers, du soleil, ça sent la côte et les tropiques :) La pauvreté est moins visible, on voit de nombreuses petites maison en dur, et les tas d’ordures ont disparu. Le Kerala est une province beaucoup moins pauvre que celle de Delhi et du nord en général.
Arrivé à Ernakulam, je prend le taxi pour me rendre au quai afin de prendre le bateau qui m’amènera sur la presqu’île de Kochi, mon lieu de repos pour les 2 jours à venir :) C’est moins sale, ça fait penser aux pays tropicaux qu’on a “l’habitude” de visiter, la mer est là, pas bleue, mais elle est là :) Je trouve un ptit hôtel à 500 roupies, ça fera l’affaire, c’est calme et le plus important, il y a du papier toilette!!!!!!
Demain, je passe la journée sur un House Boat, déjeuné local et visite de petits villages au milieu des lagunes et canaux qui quadrillent la région. Espérons que je ne sois plus malade!
 DSC03000