Un tour du monde? Oui mais pourquoi? :)

Après plus d’un an absence et en l’occasion du séminaire national de mon entreprise du jeudi 18 octobre, j’ai pu me replonger dans les 55h de rush du voyage afin de monter un petit film qui retrace une partie du voyage et des préparatifs. :)

Rentré!!!

Hé oui! Me voila de retour à Aix en Provence! Après une escale à Point à Pitre et Orly, je suis arrivé à Marignane à l’heure, dimanche! Et qui était là pour m’accueillir? Ma maman Roselyne, ma tante Catherine et mes amis, Sophie, Julia et Nico et leur petit fille Paola, Delphine et Stéphane, Nico et Edouard!!! Quelle émotion :) Ils s’étaient caché et je pensais que personne n’était là! La surprise fut totale! :)

Ludo le retour 009

J’ai fait le grand chelem pour le retour : Vol dans le cockpit de bout en bout entre Fort de France et Point à Pitre en Airbus A320, puis décollage et atterrissage dans le cockpit pour le Point à Pitre Orly, en Boeing 777-300ER, avec du champagne s’il vous plait, et enfin, atterrissage dans le cockpit à Marseille!

GOPR3613DSC08359GOPR3575

Alors quoi pour la suite? Le site va continuer à vivre :) Je posterai une petite vidéo toute les semaines pour vous faire patienter d’ici la sortie de mon petit film :) Je donnerai encore pas mal d’infos sur les pays traversés et sur le budget nécessaire à la réalisation de ce voyage. Et enfin, je vous raconterai la vie “après" : le retour au boulot, la recherche d’un appart, l’aménagement et la vie dans le camion que j’ai acheté avec mon ami Edouard pour m’échapper le week end venu et aller à la découverte de la France!

Et puis j’ai tellement de belles vidéos à vous faire partager sur mon passé que je pense que je ne vais pas lâcher le site de si tôt et en faire un espace d’évasion pour tout le monde!

A très vite!!!

 

Retour vers la France!

Ca y est, c’est le début de la fin, ou le début d’une nouvelle aventure, je m’envole dans une heure, direction Point à Pitre, escale de 2h, puis direction Orly et enfin arrivé à Marseille demain dimanche à 11H45!

En attendant la sortie du film sur cette formidable année, voila un remix d’une vidéo que vous avez vu en juillet en guise de bande annonce :)

A plus tard et bon week end!

J-7

Etrange sentiment en ce dimanche 20 mars 2011. Jour des élections cantonales, je ne pourrai pas voter pour élire mes conseillers généraux, alors déplacez vous pour moi :) C’est aussi le jour ou notre pays à choisi de diriger les opérations de frappes contre les troupes du général Kadafi afin j’imagine, de ne pas perdre la face étant donné la reconnaissance très rapide des membres de l’opposition au régime… Protéger les civils, sans doute, mais aussi s’assurer une position de 1er choix si le général est renversé… Et dire que j’ai visiter pas mal de navires engagés dans le conflit, mon entreprise étant prestataire informatique du constructeur naval DCNS. Enfin, tout cela éclipse un peu le drame Japonais. Au milieu des ses nouvelles tristes, une bonne, une dame âgée de 80 ans et son petit fils de 16 ans ont été retrouvé après 9 jours passé sous les décombres…

Ce jour est aussi celui qui marque la dernière semaine avant mon retour en métropole. Retour à Marseille et auprès de vous, ma famille, mes amis, qui me manquent depuis si longtemps :) Alors comme dab, je vais profiter au maximum de ce temps de liberté qui m’est donné et pour parachever le tout, je vais retrouver mon ami Pollo, rencontré au Viet Nam, mercredi, au Vauclin afin d’envoyer quelques sessions de kite si le vent le permet.
Je profite aussi de mon temps pour avancer mon projet “cinématographique” et continuer à réfléchir sur le meilleur rendu possible pour vous transmettre la beauté de ce voyage extraordinaire.

Voila une photo prise ici, lors de ces fins de journées où le soleil se couche alors que les grains passent et arrosent l’île de fortes averses pour créer de magnifiques arcs en ciel!

DSC08331-1

Ah oui, j’oubliais, j’arrive à l’aéroport de Marseille depuis Orly dimanche 27 mars à 10h45 11h45!!!!!!! (Air France n’avait pas pris en compte le changement d’heure du dimanche 27 mars, à 2h du matin il sera 3h, ça me rappelle mon arrivée à Rio!!! ;) )

Cool facts :o)

Bonjour à tous en ce jeudi après midi (ici, soir chez vous :) ). Voila un petit résumé des faits marquants qui auront jalonné ce voyage.

    1. 298 jours loin de vous tous, sur les 365 que compte mon congés sabbatique/congés sans solde. Avec une escapade aux Etats Unis en avril/mai du 24/04 au 08/05 (retardée par le nuage volcanique), un 1er départ le 24/05, un retour imprévu le 22/07, un 2nd départ le 17/08 et enfin, LE retour, le 27/03.
      planisphere
    2. 50 nouveaux “amis” sur Facebook. Des centaines de personnes croisées avec lesquelles j’ai pu échanger sur de nombreux sujets :) , des soirées, des ballades, des pleurs, des disputes, des repas, des moments intenses, des couchers de soleil, des levers de soleil, des clair de lune, des étoiles…
      mosa
    3. Plus de 60 lits éprouvés, sans compter les sièges d’autobus, d’avions et de trains.
      Couch
    4. 166  heures en avion, soit 7 jours, passé à manger, regarder des films, dormir, lire, discuter, regarder par le hublot, aller aux toilettes, visiter le cockpit. Temps de vol moyen : 3h13
      126846km parcouru en avion, soit 3,17 fois le tour de la terre ou 0,33 fois la distance de la terre à la lune ou 0,0008 fois la distance de la terre au soleil :)
      41859,18kg de CO2 rejetés dans l’atmosphère (lors de mes voyages en avion seulement), si l’on considère que voyager en avion en classe éco émet 0,33kg de CO2 au km et avec un prix à la tonne de 20€ en moyenne pour compenser ses émissions, je devrai reverser 800€ à une association pour financer un projet de développement durable
      52 atterrissages et 52 décollages, avec la palme de l’atterrissage le plus folklorique pour l’arrivée à Katmandou où tous les passagers (majoritairement Népalais) se sont levés à peine l’avion posé et la palme de l’atterrissage le plus rustique sur l’île d’Ambrym, aux Vanuatu, où l’avion s’est posé sur une piste en herbe…
      14h passé dans un même avion, pour le Tokyo-Paris, 2h de plus que la normale en raison d’un plan de vol inhabituel pour ne pas arriver trop tôt à l’aéroport Charles de Gaule.
      1 avion raté, à Kuala Lumpur, pour cause d’endormissement dans la salle d’embarquement.
      Avion&co
    5. .

    6. 150h de bus en Amérique du Sud, soit 6 jours et 6h : Colombie (Bogota – Ipiales, Ipiales – Tulcan), Equateur (Tulcan – Quito, Quito – Santo Domingo, Santo Domingo – Pedernales, Pedernales – Santo Domingo, Santo Domingo – Macara), Pérou (Macara – Sullana, Sullana – Trujillo, Trujillo – Lima, Lima – Cusco, Cusco – Puno, Puno – Tacna), Chili (Tacna – Arica, Arica – Calama, Calama – Atacama, Atacama – Santiago) pour effectuer 5000km à vol d’oiseau.
    7. 25 pays traversés, (Martinique, Nouvelle Calédonie et Tahiti valent pour 1), sans compter les escales (Singapour, Hollande, Allemagne). Australie, Brésil,Chili, Chine, Colombie, Dubai,Egytpe, Equateur, Etas Unis, Fidji, Grèce, Guyane, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Malaysie, Malte, Martinique, Népal, Nouvelle Calédonie, Pérou, Sri Lanka, Tahiti, Thaïlande, Vanuatu, Viet Nam.
      drapeaux
    8. Navigué sur le lac Titicaca, la plus haute surface navigable du monde, 3636 mètres d’altitude, visité le gratte ciel Burj Khalifa, le plus haut du monde avec ses 828m, vu 3 des 7 nouvelles merveilles du monde (Colisée à Rome, Machu Picchu au Pérou, Statue du Christ rédempteur à Rio) et 1 des “anciennes” (la pyramide de Gizeh) et raté le Taj Mahal alors que j’étais tout à coté…
    9. 3 fois malade, en Inde, dans le train de 48h et pendant les 6 jours suivants, une infection intestinale soignée avec des anti-biotiques après conseil de mon médecin (les anti diarrhéique ne fonctionnant pas), à l’arrivée aux Vanuatu, un bon rhum/otite je ne sais quoi, de 4/5 jours, attrapé à Moorea et enfin, une crise intestin/estomac de quelques heures très douloureuse aux Vanuatu après l’ascension du volcan Yasur (et l’absorption de kava mâché par mon hôte le soir d’avant et après avoir mangé un gros beignet de manioc le matin même). A noter, je n’ai jamais été contraint de changer mes plans à cause de ces problèmes :)
    10. Plus de 52h de vidéos à éditer afin d’en faire un beau film et plus de 10000 photos!!!
    11. Plus de 1400 visiteurs uniques sur le site www.unbattementdaile.net, pour un total de plus de 5000 visites, venant de 62 pays différents, pour moitié en accès direct et l’autre moitié depuis Facebook et 217 commentaires postés.
      0104-0102
      17-03-2011 22-48-18
    12. Pertes et achats : 2 tee-shirt respirant oubliés au Népal pendant mon trek, cordes pour accrocher mon hamac oubliées à Ambrym, chargeur solaire pour iphone cassé sur la route en Australie, diaphragme de caméscope Canon bloqué à cause de poussière/sable, appareil photo Sony endommagé à Hong Kong pendant prise de photo tout seul en équilibre sur une rambarde, système de fermeture du caisson Gopro cassée 2 fois (utilisation d’élastiques comme solution de contournement), 4 cartes sim pour téléphone portable achetées (Australie, Tahiti, Martinique), 1 blouson de ski et 3 caleçons achetés à Saïgon, 1 pantalon de ski acheté à Kawaguchico, un tee shirt acheté en Australie, un kit masque/tuba acheté à Papeete, un disque dur acheté à Hong Kong, 3 paires de tongs usées dont une hors d’usage.
    13. 0 problème de sécurité avec quiconque, mis à part l’épisode étrange au poste de police de l’aéroport de Colombo au Sril Lanka. 1 vol à déplorer, celui de mon iphone, dans un petit bus local, au Sri Lanka, pour cause d’endormissement et d’inattention.

à suivre…

Repos et reprise de “rythme”…

Aujourd’hui mardi, c’était plongée au diamant! Levé 6h30 pour me rendre aux Trois Ilets afin de retrouver l’équipe de Planète Bleue, le club de plongée qui va bien ici, direction le rocher du diamant pour enfin y plonger et découvrir ses merveilles cachées!

DSC08307

diamantsousleauLe diamant est un vestige de l’activité volcanique qui sévissait dans la région il y a prêt d’un million d’années. Il fut le théâtre de batailles acharnées entre Français et Anglais au XIXème siècle en raison de sa position stratégique sur le canal de sainte Lucie et il reste aujourd’hui un sanctuaire pour un reptile endémique qu’on croyait disparu. Plusieurs failles le parcourent, diamantcréant grottes et canyons en surface et sous la niveau de la mer.
Y plonger est un régal! Un plateau de sable l’entoure à une profondeur d’une vingtaine de mètre, puis un tombant descendant à plus de 50m permet d’aller explorer de jolies grottes. Une remontée permet ensuite de traverser la faille qui le parcours. Très grande, nous croisons un énorme barracuda qui habite les lieux. Le retour au bateau nous permet de nous promener tout en désaturant l’azote accumulé en cours de plongée.

Je profite de mon temps libre pour courir sur les hauteurs de l’anse à l’âne afin de prendre l’habitude de faire des exercices quotidien lorsque je reprendrai le travail :) Voila un des parcours que j’effectue, 5km en une trentaine de minute avec une bonne montée pour faire travailler le souffle et les jambes ;)

jogging

Je me repose en triant et en éditant les nombreuses vidéos du voyage pour en faire un film qui je l’espère pourra vous transmettre ce bonheur que j’ai eu à parcourir le monde pendant un an! En attendant “The Movie”, voila une petite vidéo pour vous plonger dans l’ambiance du carnaval de Fort de France avec ses fameux chars, déguisements et “vidés”!

Vous vous souvenez sans de ces quelques jours que j’ai passé dans la maison de mon ami Luis, sur la côte équatorienne. Je lui avais fait un petit film afin de promouvoir sa maison afin d’accueillir des artistes et gens de passage. Voila pour vous cette petite vidéo reposante :)

La Martinique, dernier petit bout de monde…

Me voila arrivé depuis 2 semaines en Martinique chez mes amies Carole et Romy :) Le temps y est clément, un peu de vent, beaucoup de soleil, l’océan atlantique d’un coté, la mer des caraïbes de l’autre.
Le mois de mars est l’occasion de fêter le carnaval à Fort de France et dans les villages de l’île. Tous les habitants s’y préparent au cours de l’année pour se lâcher du dimanche au mercredi en courant les “vidés” derrière les chars ou les groupes de percussions qui arpentent les rues! Une ambiance hors du commun font de cet événement  un moment inoubliable de plus que j’aurai pu vivre durant cette année folle!

DSC08277DSC08244DSC08216DSC08228

Les plages y sont magnifiques, notamment celle des salines et du cap Macré, sauvage! J’aime toujours autant accrocher mon hamac dès que je le peux, pour me balancer au rythme des vagues…

DSC08171DSC08176_7_8_tonemappedludo_hdr
DSC08174
DSC08152

Je vous prépare pour les semaines à venir pas mal de faits intéressants sur mon voyage et pleins d’autres surprises! En attendant, je passe ce mois de repos entre la plage et la plage, a siroter des ti’ruhm, courir, nager, plonger, kiter, siester, farniente, soirées et j’en passe!

Au milieu d’une actualité plus que morose, je vous envoie beaucoup de chaleur pour vous aider à passer ce mois de mars pluvieux et venteux en attendant mon retour! Je vous le promet, je vous rapporte le soleil avec moi!!! :)

Etape à Belém et Cayenne avant Fort de France

Yasmin et sa famille m’accueille à Belém (merci couchsurfing). Elle viendra me chercher à l’aéroport à 13h, juste avant les trombes d’eau quotidiennes qui s’abattent sur la région. C’est “l’hiver” ici, il fait chaud (moins qu’en été) et très humide, la température ressentie frôle les 40°c. La “femme de maison” de Yasmin n’étant pas là pour faire à manger, on se rend chez son copain pour le déjeuné. Je suis très bien accueilli et mange un plat de riz, black beans accompagné d’une très bonne viande. En dessert, salade de fruit et açai, une baie au fort pouvoir antioxydant, comme la baie de goji. Mixée, on y ajoute du sucre et de la farine de manioc, c’est très bon et rafraîchissant. Direction la maison de Yasmin où je m’installe pour 2 nuits. Une bonne sieste puis Yasmin m’invite avec son copain et une copine à aller manger une soupe nommée tacaca, véritable marque culinaire de cette région, appréciée des habitants de Belèm en fin de journée, assis sur un tabouret en plastique, à même le trottoir.
Elle est composé de tucupi ou jus de manioc savamment cuisiné, de jambu, fameuse herbe connue pour la sensation de picotement qu’elle procure dans le palais et la légère anesthésie, quelques crevettes, piments et gelée… J’étais étonné d’aller consommer une soupe à 18h, mais c’est l’heure idéale pour déguster cette soupe chaude “"rafraîchissante” après les grosses pluies de l’après midi. Une très bonne expérience culinaire locale. Je déguste ensuite une très bonne glace, Belém étant très réputé dans ce domaine aussi.

Le lendemain, je me ballade au marché où j’achète un énorme avocat de presque 1kg et quelques mangues et parcours le centre historique. Des maisons de styles coloniales côtoient de grands buildings. De retour chez Yasmin, je concocte ce fameux jus d’avocat qui manquait tant depuis Melbourne!
Samedi, Yasmin me ramène à l’aéroport en fin de matinée afin de prendre mon vol pour Cayenne, à moins de 2h d’ici.

DSC07996DSC07994DSC07991

Arrivée à Cayenne, Daniel, mon hôte de couchsurfing vient me chercher avec la twingo (toute défoncée) d’un copain. Il travaille à son compte dans le dépannage informatique à domicile. On passe par deux de ses clients avant d’arriver dans sa petite maison où Carole, une amie à eux passent quelques jours. Un peu plus tard Aurore, la copine de Daniel, rentre du lycée où elle est professeur.  Le soir, on passe la soirée à parler de voyage et de rencontres autour d’un bon apéro. Le lendemain, après une bonne grasse mat, direction le centre de Cayenne pour faire un tour au marché et acheter de quoi faire une salade. Qu’est-ce que c’est cher!!! Les fruits et légumes sont hors de prix… Dur pour les locaux de vivre avec cette vie cher… Après déjeuné, je me dirige vers la plage à quelques centaines de mètres de là. Le sable est doré et la mer couleur terre, du fait des rivières qui s’y jettent. L’eau doit être aux alentours de 26°c, parfait pour se rafraîchir de la moiteur ambiante. Un petit vent évite de surchauffer. Le temps est beau, encore une fois, j’ai de la chance et évite les pluies qui sévissent durant cette saison. Une bonne sieste sur la plage et me voila rentré à la maison où Aurore prépare des magrets de canards! Un bon vin pour accompagner le tout… un régal! Du fois gras en entrée avec de la fleur de sel de Guérande et du confit de figue… c’est sûr! je suis de retour en France! Je m’occupe du dessert, du brownie au chocolat accompagné de sa boule de glace à la vanille et de bananes finement émincées recouvert d’un filé de chocolat… :) Quoi de mieux pour fêter son retour en France que de revenir aux bonnes traditions culinaires :)
Lundi en fin d’après midi, Aurore m’accompagne à l’aéroport d’où je m’envolerai pour Fort de France, où Romy, mon amie d’enfance, viendra m’accueillir pour un mois de d’aventure Martiniquaise! :)

DSC08011

Brazzzillllllllll… tatatadadatataa….

Rio de Janeiro… la dernière fois que je suis venu à Rio j’avais dans les 4 ans, je me rappelle avoir acheté un parapluie avec un motif de drapeau à damier dessus et je me rappelle vaguement d’une plage. Cette fois ci, pas de parapluie et la plage, j’y ai passé du temps!!! :)

La plage est une extension à proprement dite de la ville. Les habitants s’y rendent le week end, en fin de journée, après les cours, le travail, pour se rafraîchir, s’exercer grâce au nombreux modules d’entraînements présents tout le long de celle ci.
Je suis arrivé à Rio après un long voyage depuis San Pedro de Atacama. J’avais demandé à mon hostel de m’envoyer un taxi à l’aéroport (free pickup, très bon deal! c’était soit ça, soit je dormais pour attendre le 1er bus à 6h du mat), le seul problème était que cette nuit là, cette région du brésil changeait d’heure. Du coup à 0.15am il était 11.15pm et le taxi, il a pris la nouvelle heure… j’ai patienté une bonne heure et demie avant qu’il arrive, pour “s’excuser” du malentendu, l’hostel m’a offert une bière bien fraîche à mon arrivée :)
Après une bonne nuit de sommeil avec le ventilo à fond, je me dirige vers la plage de Copacabana, à 5min à pieds :) Sur la route je m’arrête dans un de ces nombreux petit magasin qui fait de succulent jus de fruit, dont mon fameux jus d’avocat, jus de maracuya, mangues… un régal! La plage est grande, très grande! 4,5km de long sur une centaine de large. Ca en fait de la place et il vaut mieux car les brésiliens sont nombreux à s’y rendre! On est dimanche et des dizaines de milliers d’entre eux profite du soleil de plomb pour aller se rafraîchir dans l’océan dont la température n’excède pas les 20°c! Heureusement les vagues (d’un bon 2m juste au bord) permettent de s’activer et ne pas avoir froid! Pour se rendre jusqu’au bord de l’eau, les loueurs de parasols ont installé des tuyaux qui arrosent le sable afin de pouvoir y marcher sans se bruler les pieds :)

DSC00321DSC00309DSC00311
DSC00304
Autant le dire tout de suite, le mythe des brésiliennes en string sur la plage en prend un coup! Ok, beaucoup d’entre sont en string ou en “brésilien”, mais ce n’est pas mettre en valeur leur “postérieur”… les critères de beauté à ce sujet ne sont pas les mêmes que chez nous, et pour le coup, c’est pas très “esthétique”… m’enfin, ça reste très agréable et je me baigne avec plaisir pour me rafraîchir des 40°c ambiant!
Le carnaval de Rio approche et des blocos (gros camion avec des grosses enceintes et un groupe qui chante) arpentent les rues avec une foule suiveuse qui danse au rythme de la musique brésilienne.
L’après midi, direction le stade Engenhão (le Maracana est fermé pour restauration afin d’accueillir les JO de 2016) pour aller voir le match Flamengo contre Botafogo, un derby suivi par de nombreux fan! Ce sont deux équipes de Rio qui s’affronte pour atteindre la finale de la coupe du Brésil. Notre groupe de gringo (oui parceque là, on est vraiment entre gringo avec pleins d’australiens qui boivent des bières et autre…) se trouve du coté des Flamengo où Ronaldinho évolue. Le stade est coupé en deux. D’un coté, les supporters de Flamengo, de l’autre, ceux du Botafogo. Du coup, l’ambiance est terrible! Pas une minute où un chant n’émane des tribunes. Les drapeaux géants volent partout. Premier but pour Flamengo, youpi, on est du bon coté! En 2ème mi-temps, Botafogo égalise. Du coup, séance de tirs au but, pas de prolongation, sans doute à cause de la chaleur extrême qui sévie ici. De même, pendant le match, un temps mort… bizarre le foot brésilien ;) Finalement, les Flamengo l’emportent 5 tir au but à 2! Les fans laissent exploser leur joie! On était du bon coté!!! :)

DSC00336DSC00328DSC00337
DSC00335
Le soir, je mange à l’hostel où un cuistot français très sympas cuisine de très bonnes lasagnes! Le petit déjeuné est lui aussi un régal avec de bons jus de fruit frais et gâteaux.
Lundi, après la baignade matinale, direction le Corcovado, la fameuse statue du Christ Rédempteur, qui domine Rio à plus de 700m d’altitude. Je choisis le train pour m’y rendre, 20min sur la voie qui serpente dans la colline pour atteindre le sommet. Quelle vue! Le pain de sucre, Copacabana, Ipanema, le Maracana… on voit tout rio d’ici. La statue tient bien sa réputation de protection de la ville. Sa construction se termine en 1931 après 5 ans de travaux. C’est l’une des nouvelles 7 merveilles du monde choisie par plus de 100 millions d’internautes (rien à voir avec les 7 merveilles du monde de l’UNESCO). Un bien beau moment au coucher du soleil :)

DSC07943DSC07946DSC07939
DSC07941
Mardi, repos, plage, baignade, marche dans le centre de Rio, pour éliminer les pizzas du soir précédent ;) Le soir, pour reprendre des force ;) je me rends dans un “churrasco rodizio”, buffet à volonté où les serveurs passent toutes les 2min à votre table pour vous découper un morceau de viande à la broche. Un régal! En sortant, après 3 jours sans pluie, des trombes d’eau s’abattent sur la ville. Je patiente à l’abris avant de rentrer à l’hostel.

DSC07972DSC07982DSC07969

Mercredi, direction l’aéroport à 6h du matin pour me rendre à Belém, prochaine étape sur la route de la Martinique…

El desierto de San Pedro de Atacama – Chile

Le voyage depuis la frontière Pérou/Chili s’est bien passé (comme d’habitude en fait :) ). J’atteins Calama aux alentours de 19h. Je m’empresse de faire la queue pour prendre le prochain bus pour San Pedro. Départ vers 21h30, arrivée à San Pedro de Atacama vers minuit… Je quitte le “terminal” et pars à la recherche de mon hostel à 10min du centre du village. Pas de route goudronnée ici, ça me rappelle un peu Jericocoara au brésil. De petites maisons, une rue principale avec tous ses petits magasins et tour office. Je m’arrête dans le dernier ouvert et demande s’il est possible de faire un tour le matin même. Tout est plein mais il appel un collègue et me voila prêt pour aller voir les geysers du Chili, départ, 4h du mat! Ok, j’aurai tout au mieux 3h pour dormir, si je trouve mon hostel. Je marche en direction du nord, longeant le cimetière comme les indications le précisent. Je sonne à la porte de l’hostel PuriPica, on m’ouvre et me voila dans ma chambre (pour ne pas réveiller ceux du dortoir j’ai une chambre privée ce soir :) ). Une bonne douche, je prépare mon sac à dos pour l’excursion et au dodo!
San Pedro de Atacama est un petit village très touristique. De nombreuses curiosités naturelles l’entourent ce qui permet d’occuper une bonne petite semaine pour tout découvrir. Le revers de la médaille est que ces sites magnifiques sont surpeuplés, pour l’immersion au bout du monde et le silence, on repassera ;)
Résumé d’une journée marathon : 3h plus tard, je patiente sur la route en regardant les étoiles. C’est presque la pleine lune, le ciel est à moitié couvert, mais on dirait qu’il se dégage. J’aperçois les volcans à l’horizon. La piste qui mène au site géothermale dure 2h. Lee Chili compte le plus de geysers au monde. Plus de 2000m de dénivelé pour atteindre un plateau à 4300m. Je suis accompagné d’un guide et d’un groupe de Chilien avec des enfants et des personnes ‘”âgées”. Mauvaise idée pour eux de monter si rapidement depuis Santiagao à une telle altitude. Une femme fait un malaise, les enfants vomissent et d’autres se sentent mal… Heureusement pour moi, tout va bien :) Il faut dire que ces dernières semaines, j’ai passé mon temps à une moyenne de 3000m d’altitude ;) On arrive sur le site des geysers avant le levé du soleil. J’aperçois la vapeur qui s’échappe de dizaines d’entre eux. Il en existe de 3 sortes : Les cycliques qui ont besoin de se recharger, ce sont les plus “prisés” car leurs jets peuvent atteindre des hauteurs de plusieurs mètres de haut. Les permanents, qui sont en perpétuelle ébullition, telle une fontaine et enfin ceux qui ne laissent échapper que de la vapeur par de petit trous. On marche au milieu d’un paysage grandiose, les volcans qui nous entourent sont recouverts de neige à leur sommet (plus de 6000m). La plaine ressemble à la surface d’une autre planète. Des lamas sauvages (ou guananos) font leur apparition au loin. Le soleil se lève, révélant les couleurs des alentours.

DSC00127
DSC00159
DSC00116DSC00142DSC00171
De retour à San Pedro, je m’empresse d’aller louer un vélo pour faire un tour dans les vallées proches du village afin d’être de retour à 16h pour aller me baigner dans des tours d’eau salée. J’ai 3h pour arpenter ces vallées encaissées où serpente une rivière qui vient du volcan Putana. Le paysage est rocailleux, roche rouge, des ruines sont accrochées aux falaises. Par endroit, des visages sont sculptés dans la roche. Il fait chaud, un petit vent permet de ne pas trop souffrir. Je me dirige vers la vallée de la mort, surplombée par d’immense dunes. Je roule au milieu du désert pour atteindre un point de vue d’où je peu admirer d’étranges formations géologiques.

DSC00182DSC00185DSC00189
DSC00200DSC00202DSC00210
DSC00192 
Je rejoins le centre du village à l’heure pour rejoindre le groupe avec lequel je vais pouvoir me rafraîchir :) Je rencontre Alex, un belge qui voyage en Amérique du Sud pour quelques temps et Iris et Morgane, 2 Françaises en Erasmus à Buenos aires. On discute de nos expériences de voyage jusqu’à notre arrivée à ces fameux trous d’eaux dans la partie nord du salar d’Atacama. Creusés par des mineurs il y a des dizaines d’années, ils ont une profondeur inconnue à ce jour. La concentration en sel est de 40% ce qui permet à une personne ne sachant pas nagée de se baigner malgré tout. En effet, impossible de coulé! C’est la 1ère fois que je vie cette expérience de flotter comme sur un matelas gonflable, sans matelas! Nager la brasse n’est pas aisé tant les pieds sortent de l’eau. Mieux vaut éviter de mettre sa tête dans l’eau pour préserver ses yeux. A la sortie, on est complètement blanc, le sel cristallisant dans les cheveux, sur la peau et mes poils ;) Prochains arrêts, un trou d’eau douce pour se rincer et effectuer un joli plongeon qui me vaudra le titre de la plus belle photo et du plus beau saut de l’ange ;)

DSC00224DSC00239DSC00244
Une fois rincé, on se rend à notre destination finale pour admirer le coucher du soleil depuis une parti du salar complètement blanc et recouvert de sel. L’épaisseur de sel peut atteindre plusieurs dizaines de mètres. On a l’impression de marché sur une patinoire sauf que cela ne glisse pas. Par endroit le sel est recouvert d’une mince pellicule d’eau créant un miroir parfait! Paysage vraiment magnifique, grands espaces, coucher de soleil impressionnant et lever de pleine lune clôture cette journée marathon en beauté! Un petit apéro au Pisco Sour et on discute tous les 4 jusqu’à plus de minuit autour d’un risoto de quinoa! :)
GOPR3551DSC00282GOPR3554
DSC00256
DSC00259
De retour à mon hostel, je prépare mon sac en silence, prend une douche pour me dessaler et me couche pour 6h de sommeil, mon bus pour Santiago est à 8h du matin ce vendredi. J’atteindrai la ville de Santiago 24h plus tard pour prendre mon avion à 16h, direction, Rio de Janeiro!